Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

avril 2014

L'édition de textes anciens dans un état critique?

Quelque chose d’important vient d’avoir lieu, autour de l’édition critique et de la possibilité d’appliquer le droit d’auteur à celle-ci. Un jugement du Tribunal de Grande instance de Paris vient de débouter Droz dans une sombre dispute autour de la republication en ligne par Garnier de textes transcrits par « des paléographes » pour le compte de Droz1. Droz est débouté, entre autres et principalement au motif que les textes issus d’une édition critique de type lachmannienne ne sont pas couverts par le droit d’auteur. Le raison en est simple : comme une édition à la Lachmann veut s’approcher au plus près du texte original, de l’archétype, ce n’est donc pas une œuvre originale attribuable à l’éditeur en soi et le droit d’auteur ne s’applique pas à son œuvre. C’est bien le texte de l’auteur médiéval qui est donc édité, libre de droits, évidemment.

Calimaq puis Maïeul Rouquette (sans oublier François-Ronan Dubois) ont déjà très bien commenté le dossier. Mon propos ne sera pas, ici, de répéter tout ce qu’ils ont très bien dit : allez les lire ! Mais plutôt d’apporter quelques réflexions d’historien, de médiéviste proche des textes et de chercheur associé de près ou de loin aux Digital Humanities.

D’abord, c’est, qu’on le veuille ou non, une victoire pour l’édition critique à la Lachmann, d’une certaine façon, puisqu’un juge reconnaît que le fantasme de l’éditeur critique

Lire la suite

Par zid dans Combats pour l'Histoire 14 avril 2014 20:00:25
(4) commentaires Ajouter un commentaire

Catégories

Archives

A propos