Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

novembre 2009

De l'autre monde au triste méridien de Paris

Cela fait déjà sept jours que j'ai retrouvé le sol de la République. Sept jours depuis une expérience intellectuelle et humaine hors du commun. Et sur le chemin du retour, dans le Francfort-Paris surchauffé et plombé de pingouins teutons en chemin vers le bizness de la capitale, j'ai appris, au détour de la « une » des journaux polyglottes brandis par mes compagnons de voyage, que Claude Lévi-Strauss était mort. Ce  n'est pas la première fois qu'une lumière du monde intellectuel de ma jeunesse étudiante disparaît pendant que je cours le monde. Déjà, il y a plus de dix ans, j'avais appris la mort de Georges Duby alors que je faisais mon premier voyage de travail scientifique à Paris, logé par le père Gy chez les Dominicains de Saint-Jacques. Un premier voyage initiatique parisien et un maître trop tôt disparu -même s'il est de bon ton de moquer et dédaigner les travaux de Duby maintenant, oubliant un peu trop vite que derrière ses raccourcis, il y avait une extraordinaire audace intellectuelle.

Ici, c'est Levi-Strauss qui quitte la scène. Il meurt comme un dieu, dans le fracas et contre le temps, puisque la nouvelle n'a été jetée en pâture aux hyènes des agences de presse que ce lundi, trois jours après -pourquoi trois? Levi-Strauss, presque dernier grand monument du panache intellectuel français des années soixante - soixante-dix. Inutile ici de reprendre les grands lamentos des journaux ou de déballer le

Lire la suite

Par zid dans Continuités et ruptures d'Histoire 11 novembre 2009 16:16:04
Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Ceci est un blog

Pourquoi revenir au blog ?

D’abord parce que twitter ne permet pas l’écriture. En tout cas pas l’écriture relâchée, ouverte. Twitter, c’est d’abord un jeu : on joue sur les mots, sur les lettres. Une sorte de scrabble à l’échelle de l’humanité.

Le blog, c’est avant tout écrire, laisser les mots sortir et correspondre. Je connais bien les plate-formes de « carnets de recherche », comme Hypotheses, mais ces mots-ci n’y ont pas leur place. En ce sens, je suis le dernier des Mohicans, ou peu s’en faut : les chercheurs qui écrivent sur ces carnets « Hypotheses » ont, eu, une vraie audience parmi leurs pairs. On pourrait croire que, pendant des années, je n’ai pas joué le bon cheval, en faisant cavalier seul, avec un public clairsemé et loin de la science : aurais-je dû jouer cette carte ?

Je n’en suis pas persuadé. Je crois en ‘Hypotheses’, qui est une extraordinaire façon de communiquer autrement dans nos disciplines en sciences humaines et sociales.. mais je crois aussi en une autre forme de communication scientifique ou plutôt alter-scientifique, qui dépasse les cadres traditionnels du monde de l’entre-soi. Je ne sais pas si je retrouverai ce public qui venait alors, peu nombreux certes, mais si diversifié et si audacieux : combien d’échanges avec des hommes et femmes du web de toute provenance, avec ces trolls si chers parce que si perturbants, avec ces lecteurs anonymes qui de temps à autre montraient un œil

Lire la suite

Par zid dans Continuités et ruptures d'Histoire 14 novembre 2012 23:16:29
(2) commentaires Ajouter un commentaire

Catégories

Archives

A propos