Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

mars 2008

La tentation du retour

Après des mois de silence, je tente le retour. Je suis tenté par ce retour. J'imagine que plus personne ne vient ici, que les quelques amis bien intentionnés qui me sont toujours reliés par un fil RSS s'étonneront... Cela fait des semaines, des mois que je compose des notes dans ma tête, que je rêve de me relancer... mais mon métier m'a arraché au web, m'a détourné du blog. Un travail à en devenir fou, dans une course infernale aux réunions, aux projets et aux communications, sans pouvoir prendre du recul. J'ai abordé une volée de nouveaux dossiers historiques, quitte à rogner sur le temps de sommeil pour arriver à tout maîtriser.

Alors pourquoi tenter ce retour? A quoi bon ajouter encore cela à mon plan de travail? Y arriverai-je? Cela vaut-il encore la peine? Oui, cela vaut la peine, parce que j'en ai envie, parce que cela fait partie de ma mission d'historien que cette "divulgation", cette ouverture, cette explicitation de mon métier au plus grand nombre. Oui, cela vaut la peine parce que je sens confusément que j'en ai besoin, que c'est un moyen de diffuser l'histoire qui doit s'établir, parce que je pense avoir encore des choses à dire. Y arriverai-je? Je l'espère, j'allège mon emploi du temps en conséquence.

En parallèle, je compte bientôt renouveler le blog lui-même, restructurer l'objet en le déclinant de manière plus riche: le temps est venu pour moi de renouveler le genre

Lire la suite

Par zid dans Continuités et ruptures d'Histoire 2 mars 2008 15:55:45
(7) commentaires Ajouter un commentaire

Toucher le roi

Alimentons le « buzz », comme on dit: à propos du coup d'éclat verbal du président lors de l'inauguration de la foire agricole. Non pour le stigmatiser, ce n'est pas mon rôle ici de distribuer des bons ou des mauvais points. Plutôt pour me pencher sur l'invective du citoyen le voyant s'approcher. « Touche-moi pas, tu vas me salir ». J'ai été impressionné par ce rappel d'une des qualités royales: la réputation de guérison des écrouelles au toucher. Ce qui explique, comme l'a montré Marc Bloch dans un ouvrage célèbre, « les rois thaumaturges », que les sujets du roi de France tentaient de toucher le manteau du roi à son passage.

L'interprétation du « touche-moi pas... » ne donnerait-elle pas au président un pouvoir inversé, n'en ferait-elle pas un anti-saint Louis...? mais ne montrerait-elle pas également qu'il est réputé avoir un pouvoir surnaturel malgré tout. En clair, lorsque le commun des mortels se plaint du comportement du président en le réputant ambigu par rapport à la fonction, ce commun montre tout simplement qu'il a une certaine idée de cette fonction, qu'elle reste charismatique, avec des attributs royaux ou impériaux sacrés. On a guillotiné un homme, le 21 janvier 1793, mais on n'a pas coupé le col à la monarchie.

Par zid dans Continuités et ruptures d'Histoire 4 mars 2008 22:16:13
(1) commentaire Ajouter un commentaire

Haghis

Le principe du carnet de chercheur ne démarre pas en Sciences de l'Homme et de la Société, et surtout pas chez les historiens. Etrange, quand même: le blog a bien démarré en France, il a un réel impact -un peu moins qu'il y a un ou deux ans, mais quand même-, il a pris ici sa vitesse de croisière, mais pas en histoire. Trop tôt, pas adapté?

Par contre, le modèle du blog est récupéré par quelques historiens spécialistes d'hagiographie médiévale, d'histoire des vies de saints, organisés en groupe de recherche, pour un remarquable petit site évolutif qui doit servir d'appui à leurs travaux: Haghis.

C'est probablement ainsi que le carnet de chercheurs doit prendre racine dans le vieux continent, par le biais d'un CMS pour publier de l'information de recherche en interne, par et pour la communauté scientifique, plutôt qu'en jouant la carte du blog comme ouverture au monde. Chaque chose en son temps.

Par zid dans Combats pour l'Histoire 12 mars 2008 00:01:03
(2) commentaires Ajouter un commentaire

Îlot

Si Paris est une ville fascinante, elle peut être aussi une ville vaniteuse, perdue dans une fuite en avant épuisante, dont la meilleure illustration reste la circulation à la fébrilité douteuse. J'y cherche toujours des ilots de paix, des endroits où le flux du temps se calme, où le coeur de la ville ralentit, abandonnant sa tachycardie démente. J'en ai trouvé un, magique. C'était tout à l'heure, j'étais à l'affut d'un photographe prêt à me tirer le portrait pour mon passeport, négligeant les photomatons accueillants comme des vespasiennes de gare. J'ai trouvé le « studio henry », perdu sur une grande avenue. Une petite devanture toute désuète, rien en vitrine, juste en très grand, en lettres de bois, sur un fond de planches, façon années '50-'60, « studio henry ». Là, un très vieux monsieur casquetté, habillé comme dans Jean Gabin ou Noël-Noël dans les « Vieux de la vieille », concentré sur une vieille télévision, seul, ne réagissant même pas quand j'ai poussé la vieille porte. Des photos d'identité? Oui, oui, c'est possible... Engoncé dans ses vieux gilets et dans son accent auvergnat, il m'a emmené dans l'arrière-boutique, sombre, sale, le platras tombant... Là, tout au fond, de vieux projecteurs fatigués égratignaient de faisceaux blafards un vieux prie-Dieu poussiéreux -pour les photos de première communion?-, un vieux cube sur lequel je dus m'asseoir

Lire la suite

Par zid dans Mes histoires de médiéviste 18 mars 2008 23:33:03
(3) commentaires Ajouter un commentaire

L'histoire, les histoires, la mémoire

Roger Chartier est entré au Collège de France voici quelques semaines. Une juste consécration pour celui d'entre nous qui a le plus réfléchi sur l'écriture, la lecture, l'imprimé et le manuscrit ces dernières années, lui qui a tant apporté et continue à tant apporter à la connaissance de l'homme écrivant et l'homme lisant.

Sa leçon inaugurale, au titre énigmatique, « écouter les morts avec les yeux », n'a guère encore été commentée, pourtant elle mérite une lecture plus qu'attentive. J'y ai glané de quoi réfléchir sur l'histoire, puisque Roger Chartier y établit une différence entre le rôle et le statut de l'historien (dire le passé sous un régime particulier de la connaissance) par rapport à la démarche des architectes des entreprises de mémoire ou encore par rapport à ceux qui racontent des histoires (les écrivains du roman historique)1. Voilà une réflexion qu'il nous faut poursuivre: l'historien ne peut condamner les architectes de la mémoire ou les romanciers du passé. Pas plus que les uns et les autres ne peuvent condamner ou critiquer l'historien, ou encore l'instrumentaliser.

L'historien étudie l'homme ancien en usant d'une méthode critique fondée sur la démarche scientifique héritée des Lumières, il veut écrire le passé historique « vrai ». Mais ce n'est pas la même vérité que recherche l'architecte mémoriel: lui veut reconstruire le

Lire la suite

Par zid dans Notes de critique historique 22 mars 2008 00:01:14
Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Vieilles cités

En pleine tempête de neige, découverte d'Autun, inattendue. Autun, ville heureusement sèche de touristes, toute petite, toute sereine, avec ses devantures d'un autre temps, ses façades assombries par la crasse des siècles. Autun, la prestigieuse ville d'Auguste, aujourd'hui un corps frêle et beau, flottant dans un manteau d'enceintes devenu trop large. De la salle capitulaire, perchée sur une des branches du transept de la cathédrale, au travers des vitraux, on contemple les prairies verdoyantes, presque à portée de main: rien n'a bougé depuis huit siècles -vingt siècles? Les chaînes d'hôtel ont été réléguées justement extra muros: on y loge bien mieux à l'hôtel du commerce, devant la gare: il n'y a pas de wifi, heureusement. Le musée d'Autun, le musée Rolin (du nom du célèbre chancelier bourguignon, l'enfant du pays), disperse de petits trésors en quelques salles désuètes, juste à côté de la vieille prison XIXe s. désaffectée, en rotonde.

A vingt kilomètres, Bibracte, la grande capitale celte, sur le Mont-Beuvray, abandonnée pour Autun  peu après l'écrasement des Gaulois par César. Perdue sous la neige, Bibracte est comme un fantôme et un gigantesque musée lui rend un peu de chair et d'os. L'esprit de François Mitterrand semble se partager entre ici et Solutré.

Contradictions entre deux mondes: le vieux Bibracte décharné que l'on rhabille à coup de tissu muséographique

Lire la suite

Par zid dans Mes histoires de médiéviste 28 mars 2008 22:46:26
(1) commentaire Ajouter un commentaire

Catégories

Archives

A propos