Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

Liège, 5 août 1914: mouvements de foule

Martial Lekeux a quitté le couvent et se retrouve, le lendemain, le 5 août, si on le suit, sur un train qui l'amène à Liège. Son récit, publié huit ans après les faits, est un mélange d'excitations patriotiques et d'expression de sensations physiques et psychologiques, succombant aux mouvements de foule. On sent très bien, dans certains passages, l'échauffement des sangs qui devait être le sien, la soif de violence que l'on retrouve au moment de l'assaut dans bien des récits de soldats de 14-18. Le voilà à Ans, dans la banlieue de Liège, ou plutôt « Liége ». « Dans l'air, comme un grondement, comme un début d'orage, martèle de ses chocs les carreaux aux façades, les cœurs dans les poitrines : c'est la bataille qui, là-bas, de l'autre côté de la ville, est déchaînée et déferle sur les forts... Liége tiendra-t-elle ? » (p. 22) Question rhétorique ?

Le voilà à Liège même. « En ville, c'est une ébullition. Le sang liégeois, allumé par le bruit du canon, bouillonne dans cette foule. Les autos, à une allure folle, les caissons en vacarme, les troupes bariolées, cyclistes, cavaliers, chasseurs, se croisent, se bousculent, et disparaissent, engouffrés tous dans la même direction : l'ennemi ».

« Un peloton de lanciers débouche en ouragan sur la place Saint-Lambert, et fend la foule, au galop sur les pavés. Une vieille « botresse », qui crie plus fort que les autres, est renversée par un cheval : on la relève, elle hurle : « Vif' li sôdards di Lidge ! ». Un petit boy-scout en nage saute de son vélo et interpelle les badauds : « Qu'est-ce que vous faites tous ici à regarder ?... Les Allemands sont à Saive ! En avant !! ». Un groupe compact, hommes et femmes, se forme aussitôt et s'en va, au pas de course... »

Entre patriotisme rêvé et mouvements de masse, Martial Lekeux décrit avec des tremolos dans la voix son « Liége au cœur de feu », la « vieille cité ardente aux colères généreuses ». (p. 24) Cet enthousiasme ne va pas durer.

Par zid dans Continuités et ruptures d'Histoire 5 août 2014 14:03:19
Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Catégories

Archives

A propos