Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

La nouvelle loi sur les archives, l'Histoire sans sources et le triomphe de la Mémoire.

Les médiévistes s'empoignent autour de la réforme des universités, autour de la rénovation du CNRS, voire à propos de la transmission du savoir antique via les latins ou les arabes... mais à propos de la loi sur les archives qui devrait être votée par les députés le 29 avril, rien. Seuls les historiens contemporanéistes s'effraient et réagissent.

Les faits: on a entrepris actuellement une refonte de la loi sur les archives en France et les propositions ne vont pas dans le sens d'une ouverture des archives qui soit plus large! Tandis qu'il est de bon ton de railler le Vatican, ses méfait et de stigmatiser les complots sombres qui se trameraient sous la coupole de Saint-Pierre, on oublie que les plus secrets documents de l'archivio segreto ont été, eux, bien ouverts au public. A l'inverse, les archives de la République française, elles, se ferment, discrètement. Certaines ne seront plus jamais consultables ; certains délais de consultation pour d'autres vont encore augmenter ; les dérogations seront plus dures à obtenir.

On aurait tort d'y chercher un esprit de corps des historiens, visant à se réserver l'accès et à empêcher les amateurs d'y toucher. On ne leur a pas demandé leur avis et ils seront soumis aux mêmes difficultés que les autres. Ce qui est en jeu, ici, c'est une fois de plus la confusion entre l'histoire critique, scientifique et le travail de mémoire de la nation. Museler les historiens critiques, les empêcher d'aller établir les faits ou comprendre les gestes, au profit d'une construction mémorielle phantasmatique, d'une reconstruction populaire (ou politique) a posteriori qui viennent bien à point. Sans source, pas d'histoire, rien que le travail de l'imagination au pouvoir qui reconstruit le passé. Sans source, plus rien que l'imagination, plus forte que jamais: face aux faits sobres, sombres, enmerdants, sinistres ou froids ou plats ou carrés, on a besoin d'un passé reconstruit, chatoyant, brûlant, glorieux: un passé d'émotions. Une mémoire qui se construit sans source, donc sans filet, sans autre fondement que ses propres intuitions, sans critique appliquée à rien puisqu'il n'y a plus rien: cette mémoire-là ne peut se bâtir que dans l'intuitif, l'impression voire l'impressionnisme, le sentimental, les émotions. C'est la lettre de Guy Moquet dont on aurait « perdu » l'original et le contexte de rédaction.

Cette loi est dangereuse, comme peuvent l'être les lois mémorielles ; d'une certaine façon, elle en fait partie. Toute vérité n'est plus bonne à chercher. L'imagination au pouvoir: mai 68, que sont tes enfants devenus?

Par zid dans Combats pour l'Histoire 19 avril 2008 14:50:55
(1) commentaire Ajouter un commentaire

Commentaires

Nicolas 19 avril 2008 15:19:44
Les enfants de mai 68 sont justement ceux qui ont le pouvoir actuellement. Ensuite les français ont peu le souci de liberté curieusement. On a le sentiment que cela ne les concerne pas parce qu'on a toute la liberté que l'on peut souhaiter et que l'on est sans doute les plus libres. La liberté est des fois lancée dans la discussions, mais ce qui revient vraiment tout le temps, c'est son exact contraire, la sécurité. Les français veulent la sécurité, de l'emploie, de la santé, du logement, de l'investissement. Les riches comme les pauvres, un propriétaire, un banquier ou un assureur pourra se montrer très méfiant vis-à-vis d'un client pour sa propre sécurité. Il est encore plus difficile de savoir à quel point nous ne sommes pas libre. Il n'y a plus de censure officielle et centralisé, plus que de l'autocensure, beaucoup plus pernicieuse. Je ne pense pas que cela choque les français de perdre l'accès à ces archives. Ils râleront pour le principe, mais ça ne les étonnera pas non plus, et ils ne se battront pas vraiment. Leur seul souci sera d'avoir des garanties, des garanties comme celles qui empêcheront quiconque de farfouiller dans leurs vieux papiers par exemple.

Catégories

Archives

A propos