Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

La manipulation des commentaires sur le web politique

Un des champs de bataille essentiels de la campagne présidentielle se situe sur le web, sur les forums, sur les sites des grands journaux, sur les blogs politiques ou approchants. On sait que ces derniers se retrouvent dans des réunions de « blogage en direct », que les journaux ouvrent leurs articles et comptes rendus de débats aux commentateurs.

Je m'étonnais donc de la quantité des commentaires et de leur qualité relative, de la répétition des arguments qui s'amoncellent comme un tapis de bombe lancé par une escadrille de B52 américains sur la toile, du côté caricatural d'autres, quel que soit le candidat contre lequel ils s'acharnent -et ce côté caricatural est souvent rehaussé par une orthographe tellement piètre qu'elle ôte toute crédibilité à son auteur.

Mais je commettais, en lisant ces commentaires de manière brute, un grave péché de critique historique: il faut soumettre tous ces commentaires au principe de critique historique que l'on appelle la critique d'attribution: à qui attribuer un texte réellement, qui en est l'auteur, dans quel contexte et pourquoi? Or, le principe premier du commentaire de blog ou d'article sur le web est son anonymat relatif, son caractère d' « un parmi d'autres » qui lui donne sa légitimité comme expression d'un individu composant une société de citoyens - une société vue donc comme un ensemble d'unités formant un tout. A première vue, perdue dans le brouillard technique de cet anonymat, la critique d'attribution ne paraît donc guère applicable ici, sauf si on prend le problème par d'autres biais, comme l'a fait André Gunthert.

Il s'est installé dans les locaux du 282 bd Saint-Germain, pour observer la « cellule de veille internet du parti socialiste » à l'oeuvre durant le grand débat du 2 mai entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Cette « netscouade » y est décrite au travail, agissant et réagissant à chaque passage du débat, lançant commentaire et contre commentaire, démolissant les arguments présentés par le candidat UMP dans les forums politiques ou les commentaires des blogs ou des journaux. Chaque parti a évidemment sa propre netscouade et il serait naïf de croire que l'UMP, de son côté, n'organise pas l'action-réaction sur internet de la même façon: le contraire s'impose même comme une évidence pour qui suit l'actualité politique sur l'internet, même si cette netscouade UMP n'ouvre pas ses portes.

Il semble clair que l'efficacité de ces équipes tient à leur rapidité de réaction, à leur pertinence (soit par des réflexions qui démolissent les propositions de l'adversaires ou encore des jugements de valeur sans pitié sur l'apparence, le discours, les regards de l'autre candidat...) ainsi qu'à leur nombre, leur capacité de faire masse et de l'emporter par l'ampleur.

Tous les commentaires ou toutes les réactions sont-ils à analyser comme tels? Combien de commentaires sont à assimiler à ces réactions de netscouades? Jusqu'où aller? Quel est la part prise par ces armées de l'ombre du web dans la masse de commentaires politiques ? Faut-il considérer les commentaires haineux et écrits avec une orthographe déplorable comme des documents provenants de vrais militants indépendants ou bien de créations de ces bataillons du net qui les écriraient apparemment contre leur propre camp, mais en fait pour discréditer l'électorat et les candidats adverses : ces commentaires au ton si outré et à l'écriture si déplorable pourraient paraître tellement ridicules qu'ils décrédibiliseraient leur auteur putatif et par là-même l'électorat de l'opposition: personne ne voudrait faire partie d'un tel électorat...

Pour analyser de manière critique l'attribution de ces commentaires, pour juger le poids de l'action de ces corps francs du web, on ne peut travailler qu'en étudiant à la fois pour l'interne et pour l'externe les commentaires politiques, en échantillonnage ou pour le tout: en interne, leur vocabulaire, leur construction, leur potentielle répétitivité, la qualification de leur orthographe, la recherche d'un « formulaire » en quelque sorte ; en externe, la comparaison des adresses IP pour voir si les commentaires émanent de mêmes auteurs ou non...

Pour finir, un jugement de valeur et une question: d'abord, mon admiration devant le travail d'André Gunthert et, au-delà de celui-ci, la qualité de la présence sur le web de l'EHESS ; ensuite, à propos de l'ouverture toute démocratique du QG de campagne socialiste: il fallait oser ouvrir les portes de cette netscouade... Qu'en est-il du parti adverse?

 

Par zid dans Notes de critique historique 4 mai 2007 12:04:48
(1) commentaire Ajouter un commentaire

Commentaires

Morel Cédric Site 25 septembre 2007 23:43:04
Bonjour, je me permets une petite incursion sur ces commentaires afin d'attirer votre attention sur une étude menée après les élections présidentielles sur la communication politique et Internet : http://webdoctors-iscpa.blogspot.com Cordialement, Cédric Morel

Catégories

Archives

A propos