Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

Wikipedia: à la recherche de l'équilibre

Wikipedia, encore. Il n'y a pas si longtemps, j'animais une petite séance de travail et d'enseignement autour de l'usage d'internet dans les travaux d'étudiants: Wikipedia revint sur le tapis, avec toujours ce mot d'ordre des enseignants: n'utilisez pas Wikipedia, c'est mauvais... et évidemment, élémentaire règle de critique historique, comme en corollaire, puisque ce mot d'ordre revient constamment dans la bouche des professeurs, d'où qu'ils soient, on en déduit que tous les étudiants l'utilisent. Personne parmi les lecteurs de ce billet, ayant jamais pioché dans l'Internet, ne peut soutenir qu'au hasard de Google, il ne soit jamais tombé sur des notices de Wikipedia, sciemment ou non. C'est le paradoxe de Wikipedia: tout le monde s'en défie et tout le monde l'utilise.

Même Pierre Assouline se répand en commentaires acerbes sur Wikipedia dans la revue de vulgarisation historique "L'Histoire"1 comme sur son blog: Wikipedia n'est pas fiable, Wikipedia c'est l'illusion du savoir constitué par tous, Wikipedia peut être manipulé et même quand une notice a été corrigée par un spécialiste compétent qui y a sué sang et eau, elle peut être dépiautée, massacrée par n'importe quel adolescent ânonnant qui se sent capable de refaire le monde. Ce n'est hélas pas totalement faux et vu comme cela, on ne peut donner tort aux enseignants qui interdisent l'utilisation de Wikipedia à leurs étudiants.

Ce genre de discours, depuis que je réfléchis au problème Wikipedia, je l'ai déjà lu et entendu (voire moi-même écrit!) des dizaines de fois, accompagné de la réponse traditionnelle dans les commentaires: « si ça ne vous convient pas, corrigez-le vous-même ». Il faut dépasser toutes ces positions primaires et cadenassées par l'idéologie: la réalité sociologique a de bien loin laissé derrière ces belles envolées.

En effet, le pli est pris: ces tentatives pour interdire la consultation de Wikipedia restent peine perdue ; la recherche d'informations sur le web dépasse définitivement toute autre forme d'investigation (comme première démarche de recherche): le mouvement ne s'arrêtera pas. Wikipedia reste pour des années encore (combien? une, deux, cinq, dix...? mystère...) le locus essentiel où aller puiser des bribes de savoir. Certes, une fois le sujet dégrossi par une recherche sur le web, le chercheur « qui sait » consultera les autres mediums de savoir, les autres publications plus spécialisées sur le web et bien évidemment les publications sur papier. N'empêche, le geste « Google » est devenu presque universel et dans les réponses « Google », je mets au défi quiconque de m'assurer qu'il ne considère pas les items Wikipedia avec une attention plus particulière, fût-ce simplement parce qu'il y est accoutumé d'une façon ou d'une autre.

Ainsi, malgré tous les hululements apeurés et les appels puérils au boycott sauvage, Wikipedia a encore de beaux jours devant elle. Mieux encore: ce système d'annotation collaborative peut donner lieu à de vraies petites merveilles, pourvu qu'il soit coordonné, géré, qu'il fasse l'objet d'une surveillance "positive" (pour reprendre un mot déjà bien galvaudé). Car bien des realia peuvent être décrits, mis en article de Wikipedia par des personnes qui n'auraient jamais été sollicitées par des entreprises de dictionnaire alors qu'elles maîtrisent les dossiers mieux que quiconque: sur le sport, sur les bandes dessinées, sur les technologies de l'information, sur les mangas, sur la littérature de gare, sur la politique... bien des passionnés ont des choses à dire. Évidemment, sur des realia plus techniques ou scientifiques, les spécialistes ont davantage voix au chapitre. Quant aux débordements politiques et aux manipulations, il faut évidemment être prudents mais en même temps on ne peut que les laisser s'exprimer, tout en les tempérant s'ils deviennent insidieux, s'ils tentent de faire prendre des vessies pour des lanternes.

Ma position part du principe que les extrêmes s'annihilent et que la vérité sort du chaos, qu'au final, les notices trouveront un point d'équilibre scientifique, après dix, vingt, cent, mille remaniements. Le problème le plus important tient au temps qu'il faut pour que ces notices trouvent leur point d'équilibre: plusieurs semaines, plusieurs mois, plusieurs années, davantage encore pour des sujets difficiles... ? Or, l'« encyclopédie » doit être utilisable immédiatement comme telle, même fragile, afin de susciter des collaborations et de lui donner un poids éditorial. Il faudrait donc hâter le moment où survient le point d'équilibre, il faut forcer l'équilibre de manière artificielle, en faisant intervenir des "veilleurs critiques" qui reprennent en main les notices qui bougent très vite, dont le contenu fluctue trop brutalement et de manière déséquilibrée, disproportionnée, en raison de dissensions ou de divergences de jugement. A ces "veilleurs", il faudrait donner le rôle de rééquilibrer, de figer certains éléments des notices -sans rejeter de futures propositions de changement. Le collaboratif associé à l'efficacité scientifique. Seules les notices « chaudes » (c'est-à-dire relevant du pathos ou du sentiment public ou privé, « interpelant » le lecteur, sont soumises à ces remaniements intempestifs, ces ruptures d'équilibre et nécessiteraient la main du veilleur. Reste le problème essentiel des notices « froides » voire « gelées »: des articles secondaires, rédigés une fois pour toutes et ayant fait l'objet de peu voire pas de remaniements, concernant des realia qui ne remuent pas les foules: ces notices peuvent être rédigées par des personnes pas toujours compétentes même si passionnées, elles ne sont donc pas nécessairement très satisfaisantes. Bien des articles de ce genre existent -et là, il faut espérer des spécialistes aussi passionnés mais plus compétents pour s'occuper de leur refonte, sans trop craindre de les voir remaniées de fond en comble par la suite. Pour obtenir cet appui, seule la valorisation de l' « encyclopédie » permettra d'attirer ces nouveaux contributeurs jusqu'à présent effrayés, ceux qui lisent trop Assouline et qui, comme bien des scientifiques, disent leur effroi de mille façons...

Notes

1L'Histoire, n° 318, mars 2007.
Par zid dans Continuités et ruptures d'Histoire 24 mars 2007 01:23:27
(14) commentaires Ajouter un commentaire

Commentaires

Ombre Site 24 mars 2007 08:50:21
Très joli billet et très juste. Je voudrais juste rappeler, car on ne le dit pas assez, que wikipedia n'est pas seulement une affaire de passionné, qu'il y a aussi des spécialistes dans leurs domaines qui contribuent à l'encyclopédie. D'ailleurs, suite à un usurpateur, les administrateurs ont demandé à ces même spécialistes de sortir de l'anonymat pour éviter les malentendus.
Valérie75 Site 24 mars 2007 12:57:18
Merci pour ce texte critique, intéressant et juste. J'aimerais vous faire part de quelques petites remarques de l'“intérieur” de Wikipédia qui vont, je crois, dans votre sens.
Très souvent, trop souvent, on peut lire ici ou là des critiques de personnes connaissant trop peu le fonctionnement de ce projet. Convaincues avant même d'avoir pu se forger un avis, déterminées par des papiers souvent déjà anciens écrits par d'autres, ces critiques virulentes ne font pas avancer les choses. Et sont parfois complètement à côté de la plaque.
Par exemple, l'une des tartes à la crème au sujet de Wikipédia concerne l'âge des consultants de l'encyclopédie. On nous cite, un peu immanquablement, le lycéen ou l'étudiant qui ressort le contenu de Wikipédia sans avoir de discernement. C'est d'une part oublier que 57 % de consultants ont plus de 30 ans, que 25 % ont plus de 50 ans ! (chiffre médiamétrie janvier 2007). Cette répartition d'âge ne reflète que... la répartition d'âge de la société (enfin, la répartition de l'outil informatique). Il serait donc bon d'arrêter de se focaliser sur ce type d'utilisation qui est réel mais pas forcément représentatif. Et il ne faudrait pas non plus oublier que les lycéens qui travaillent mal, non pas attendu le web 2.0, pour mal travailler (a-t-on oublié la photocopiemania qui permettait de remplir certains devoirs bien facilement ?).
À vivre le projet au quotidien, on peut constater que le projet Wikipédia francophone connaît une très progression de l'utilisation depuis la rentrée 2006. Son corollaire ne s'est pas fait attendre. Je constate avec plaisir l'arrivée régulière de bons spécialistes (doctorants, chercheurs, retraités de la recherche), souvent sur des domaines assez spécialisés mais utiles.
Qu'il y ait encore des manques, des domaines entiers en jachères par manque d'experts, c'est évident, notamment en histoire. Mais il ne faut pas oublier la jeunesse de ce projet ni oublier que c'est un projet en devenir. On n'a, par exemple, certainement pas explorer toutes ses utilisations en matière de pédagogie.
Je sais que certains médias se focalisent sur le scénario catastrophe où un bon article écrit par un spécialiste est dénaturé par un lycéen inculte mais sûr de lui. Cela est arrivé et peut arriver sans doute. Est-ce fréquent ? Certainement pas. C'est même probablement une situation homéopathiquement minoritaire. La plupart du temps, c'est bien l'inverse qui se passe : un article passe du stade de l'ébauche mal dégrossie à un article d'une qualité supérieure.
Il faut savoir que les wikipédiens les plus actifs s'organisent sur une base très proche de celle que vous avez évoquée dans votre texte. Les portails ou projets thématiques, réunissant des compétences sur des domaines spécifiques (astronomie, zoologie, mathématiques, histoire des sciences naturelles, etc.), deviennent de plus en plus actifs. Ces projets vont certainement jouer un rôle de plus en plus grand. Un exemple ? Ils permettent de mieux accueillir les débutants (car on oublie de dire qu'il n'est si évident de ça de contribuer sur Wikipédia) : repérés par leurs interventions, les petits nouveaux sont aidés par les membres de ces projets pour mieux comprendre les nombreuses règles et obligations régnant sur l'encyclopédie.
Et maintenant, une page de publicité : conscients de la responsabilité d'être l'un des 10 sites les plus visités au monde, conscients aussi d'être le seul site culturel et non commercial du top 30 de ces mêmes sites, des membres de la communauté souhaitent aller plus loin. Pour cela, l'association Wikimédia France va organiser un colloque francophone sur Wikipédia les 19 et 20 octobre prochain à la Cité des Sciences. Ce colloque, ouvert à tous, à justement pour but de parler de l'amélioration du contenu, de l'accueil des nouveaux arrivants, de la constitution de réseaux d'expertise et des relations entre Wikipédia et le corps enseignant. N'hésitez pas à venir consulter le site, participez aux forums et à nous (ou me) écrire. Bonne journée.
Valérie Chansigaud
Authentique 24 mars 2007 17:30:38
Puisqu'on en parle, et à propos de colloque, l'annonce d'un atelier qui abordera ces problèmes, de l'extérieur de Wikipedia mais de l'intérieur de la communauté scientifique, avec des spécialistes des médias, collectivement et publiquement. Si ce copier-coller pouvait attirer l'attention des uns vers les autres, tant mieux! Je traduis le résumé: Atelier "Wikipedia et les sciences. Pratique et théorie d'un phénomène actuel" L'encyclopédie libre Wikipedia est depuis longtemps devenue partie prenante du quotidien scientifique. Wikipedia est utilisée aussi bien par les enseignants que par les étudiants, c'est une carrière pour les textes de chacun, et une grande entreprise médiatique. Malédiction ou bénédiction? Discussion publique à l'Université de Bâle (Institut de Science des Médias et Séminaire d'Histoire), dans le cadre du cours de pratique des médias "Ecrire pour Wikipedia. Une introduction de pratique des médias avec réflexion théorique". Werkstatt Wikipedia in den Wissenschaften Zur Praxis und Theorie eines aktuellen Phänomens Die freie Enzyklopädie Wikipedia ist längst schon Teil des wissenschaftlichen Alltags geworden. Wikipedia wird von Dozierenden ebenso genutzt wie von Studierenden, ist Steinbruch für eigene Texte und ein medialer Grossversuch zugleich. Fluch oder Segen? Im Rahmen des medienpraktischen Kurses «Schreiben für Wikipedia. Eine medienpraktische Einführung mit theoretischen Bezügen» laden das Institut für Medienwissenschaft und das Historische Seminar der Universität Basel zu einem öffentlichen Werkstattgespräch ein. 13:00 Prof. Dr. Christoph Tholen (ifm) und Dr. Peter Haber: Begrüssung und Einführung 13:30 PD Dr. Maren Lorenz (Uni Hamburg): Wikipedia. Zum Verhältnis von Struktur und Wirkungsmacht eines heimlichen Leitmediums 14:00 lic. phil. Jan Hodel (PH Nordwestschweiz): Didaktische Überlegungen zum Nutzen und Nachteil von Wikipedia 14:30 Dr. Andreas Ineichen / lic. phil. Suzanne Schaer Pfister(Historisches Lexikon der Schweiz): Vom Schreiben eines Fachlexikons in den Zeiten von Wikipedia 15:00 Pause 15:15 Diskussion und Thesen 16:00 Ende Datum: Freitag, 20. April 2007 Ort: Institut für Medienwissenschaft der Universität Basel, Bernoullistrasse 28 Kontakt: Dr. Peter Haber, Historisches Seminar der Universität Basel, peter.haber@unibas.ch aus HistnetWiki, der freien Wissensdatenbank http://wiki.histnet.ch/index.php/Werkstatt http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/termine/id=6973 Bien à toi, Authentique
blaesus aka Gonzague Site 25 mars 2007 03:48:45
Rude article, parce que rude sujet... Un billet intéressant sur affordance à propos d'une entreprise pédagogique à l'égard de wikipedia : http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2007/03/si_vis_pacem_wi.html. En y réfléchissant, je pense même que c'est exportable à d'autres niveaux d'études. J'avoue avoir laissé Assouline de côté dans la réflexion sur Wikipedia ; il est à mon sens dans la non-pensée et la mauvaise foi face à un outil dont il ne comprend pas le sens. Je ne suis pas certain de cerner tous les enjeux de wikipedia. Michel Serres s'y est essayé (info via affordance, toujours et encore), avec plus ou moins de succès : http://gsintranet22.blogs.letelegramme.com/archive/2007/03/05/michel-serres-et-wikipedia.html Il dit des bêtises, mais il y a cette phrase : "il y a là dans cette entreprise de liberté, de communauté, de vérification mutuelle, quelque chose qui, dans la gratuité, la liberté, m'enchante complètement et me donne une sorte de confiance dans ce que peut être un groupement humain." D'aucuns diraient que c'est naïf, mais ce questionnement sur la liberté me fait penser à Diderot, et au Libéralisme des Lumières, ou au liberalism anglo-saxon : un refus de l'absolutisme en culture comme en politique. Et je pousserais la référence. Wikipédia nous fout dans la merde, parce que c'est à nous et à tout le monde ; comme la démocratie, il y a des instances de régulation, mais fondamentalement, la responsabilité de son contenu incombe, non pas à ceux qui y participent, mais à tous les internautes. Wikipédia, c'est une leçon d'éducation civique appliquée à la connaissance. On peut regretter tel article de wikipédia ou tel espace de notre constitution. Mais dans tous les cas, nous en sommes responsables, qu'on le veuille ou non. Nous avons, d'une manière ou d'une autre pouvoir d'action pour interférer sur le contenu d'un article wikipédia ou le contenu de notre constitution. Mais ce pouvoir, qui est notre liberté, trouve sa limite dans le pouvoir de l'autre, qui est sa liberté. Garantir son droit d'intervenir dans wikipedia, c'est donc garantir le nôtre. Toute la légitimité d'un article, vient non pas de la personne qui énonce, mais du fait justement que tout le monde peut potentiellement l'énoncer, et que certains décident de le faire, passent à l'acte. Ce n'est pas parfait, mais c'est perfectible (la démocratie est, je crois, le seule régime politique qui ne se conçoit pas comme parfait, fini). Et une connaissance perfectible, c'est, me semble-t-il, un pré-requis scientifique. Une connaissance perfectible à laquelle tout le monde peut participer, n'est-ce pas alors ce qu'on appelle la vulgarisation ? La méfiance est donc requise, et le rôle de l'enseignant et de l'intellectuel se situe donc là, dans la critique, pas dans le déni.
Nojhan Site 28 mars 2007 18:03:05
Il est très juste, et souvent oublié, de dire que Wikipédia s'impose, qu'on le veuille ou non. Les quelques tentatives de blocage scolaires sont vouées à l'échec, il faut s'y faire. Il est également évident que Wikipédia est une encyclopédie en devenir, dont la qualité est très hétérogène. Cependant, il faut également se poser la question de l'usage des sources d'informations par le "grand public". Est-ce que consulter une source contenant des approximations va entrainer une mauvaise compréhension du sujet ? C'est fort probable. Est-ce que le grand public va consulter des sources rentrant dans tout les détails d'un sujet, évitant ainsi les approximations ? C'est fort improbable. On lit souvent des prédictions fatalistes, arguant que Wikipédia va provoquer une baisse générale de l'éducation. Soit. Arrêtons-nous un instant sur une source d'information coutumière des approximations et des erreurs les plus grave : la presse. Est-ce que lire la presse entraine une mauvaise éducation ? On peut l'affirmer si on se place du point de vue du spécialiste : les sujets sont quasi-systématiquements maltraités, y compris dans les médias généralistes "reconnus". Pourtant, on continue de vanter les mérites de l'information par la presse aux gens... qui ont tendance à répercuter ses erreurs dans Wikipédia ! Dans les deux cas, un article pointu sera peu lu, alors qu'un article de synthèse sera rapidement consulté. Je parie qu'il en est de la principale utilisation de Wikipédia comme celle de la presse : les gens cherchent à avoir un rapide apperçu d'un sujet, ou à vérifier un point de détail lors d'un débat entre amis. À mon humble avis, Wikipédia a par contre un avantage indéniable par rapport à la presse généraliste : comme le soulignait Valérie75, les articles ne peuvent que s'améliorer. Il y a une nette capitalisation sur l'existant, les cas de retour en arrière sont extrêmements rares.
blaesus aka gonzague 30 mars 2007 12:49:33
Un autre lien intéressant sur les rapports entre Wikipedia, recherche et enseignement : http://www.hastac.org/node/694
alithia Site 31 mars 2007 13:28:35
Le problème c'est que l'autocorrection est un mythe quand les spécialistes voient rectifier et déformerleur travail par des ignorants qui introduisent des erreurs, points de vue partiels et déformants, théories ou explications totalement périmées etc. qu'on ne peut cependant retirer car ceux qui les ont écrits sont plus nombreux et imposent qu'ils demeurent. Ce sont les participants à wk qui le disent : même en mathématiques + de 9 articles sur 10 sont faux voire nuls, et il faudrait tout réécrire, mais c'est impossible car les autres veillent à protéger leurs points de vue, même s'ils sont faux voire ridicules. Le nombre des ignorants étants incomparablement plus grand que celui des spécialistes (par définition : on ne peut être spécialiste en tout)c'est le point de vue des ignorants qui l'emporte. Sur tous les articles ou presque. Les wikipediens eux-mêmes le disent voir sur le blog http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/ l'article "wikipedia irréformable : articles faux, accumulation d’erreurs et de stupidités". http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-5399615.html Et que dire de la défense de points de vue orientés, partisans, et de la propagande que s'attachent à répandre des groupes bien organisés avec la bénédiction des administrateurs ? voir par exemple http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/categorie-979823.html L'équilibre ? Des articles nuls ajoutés à des articles nuls ne font pas un meilleur total selon la règle de base zéro + zéro = zéro. Pour ajouter de la qualité, il faudrait qu'il y ait une base de qualité et que celle-ci aille croissant. Or plus wk se développe plus sa qualité décroit. voir encore sur le blog http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/ Oui les enseignants jugent que wikipedia n'est ni fiable (wikipedia du reste en avertit explicitement son lecteur) ni sérieuse, et qu'elle est même dangereuse pour les confusions qu'elle entretient et les erreurs qu'elle répand , qui sont reproduites à l'infini voir par ex. http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-6179312.html Enfin les appréciations de Nature et de Michel Serres ne valent pas grand chose. Michel Serres manifestement ne connaît pas wikipedia voir http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-5919596.html et http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-5946284.html Quant à cette étude de Nature, elle n'est pas sérieuse = 42 articles pris en compte seulement (sur 2 millions) et on ignore les critères retenus qui ne sont pas communiqués ; seules les "erreurs" sont prises en compte et non la qualité des articles ; une interprétation des résultats tout à fait contestable etc ... au moment où Nature avait, semble-t-il un différend avec Britannica, qu'elle rabaisse au niveau de wikipedia. Etrange. voir par exemple l'article : "Nature sur wikipedia" (reprise) http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-6213952.html ou encore l'article : "Nature et wikipedia (suite) "http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-6221592.html et de nombreux autres articles qui montrent la non fiabilité : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/categorie-1018222.html et la propagande présente sur wikipedia : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/categorie-979823.html voir l'ernsemble des études et analyses de wikipedia sur le blog que j'ai créé, qui est un observatoire de wikipedia : " wikipedia ou le mythe de la neutralité " http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/ et qui comprend de très nombreux exemples et analyse les raisons de l'impossibilité à réformer wikipedia
zid Site 1 avril 2007 15:06:40
J'apprécie beaucoup et à leur juste mesure tous ces commentaires, qui proviennent de milieux très différents: des milieux scientifiques historiens ou touchant de près à l'édition électronique, de la "tête" de Wikipedia France ou encore d'utilisateurs intéressés... voire d'opposants rabiques. Ce qui me semble encourageant: les wikipedistes osent se remettre en question pour améliorer l'outil; les scientifiques s'y intéressent de près après la première phase de déni ou de refus... phase qui est toujours celle de certains, semble-t-il..., avec les mêmes arguments: je trouve, Alithia, que les arguments que vous opposez à Wikipedia sur votre blog ont la même violence, la même outrance que les positions que vous attaquez vous-mêmes. Pour dire les choses autrement, vous reprochez à l'outil d'avoir un discours de savoir agressif et faux en opposant un autre discours de savoir tout aussi agressif et totalement personnel, donc peut-être faux aussi.
cliohist 1 avril 2007 18:18:32
Quelques lignes pour compléter le "bavardage" sur Wikipédia. :-) En juin 2006, Roy Rosenzweig (CHNM, université George Mason) a publié « Can History be OpenSource ? Wikipedia and the Future of the Past » (The Journal of American History). Avec son accord, l’article a été traduit, et une adaptation vient d’être publiée dans Historiens & Géographes. http://clioweb.free.fr/debats/wikirr.pdf La première partie est une enquête sur l’histoire selon Wikipédia, à partir de nombreux exemples américains, dont la biographie de Lincoln : « Wikipedia met l’accent sur une approche factuelle, comme si l’accumulation de détails événementiels pouvait garantir une plus grande objectivité »… « Un historien peut attendre une meilleure prise en compte des apports majeurs de l’historiographie récente et à une écriture de meilleure qualité ». La seconde explore les leçons que les historiens pourraient tirer pour leurs pratiques professionnelles. Quelques observations : Wikipédia est une encyclopédie, pour l’instant sans comité éditorial. Il faut la comparer à des outils équivalents de vulgarisation (souvent payants), pas à l’ensemble de la production scientifique en histoire. Mettre l’accent sur des erreurs graves (éloge de la dictature dans l’article Pétain, oubli du Syllabus dans la biographie de Pie IX, appui sur un ouvrage anti-dreyfusard… est indispensable et salutaire. Cela permet de maintenir un niveau de vigilance important. Corriger un détail factuel ne pose aucun problème. L’ennui, c’est que pour certains articles, tout réécrire prendrait moins de temps que corriger l’existant. Dans certains cas, la traduction depuis la version anglaise, souvent plus concise et mieux informée, serait une solution efficace. L’école a une forte responsabilité dans la situation actuelle. En externalisant une partie du travail scolaire (les dossiers à élaborer en dehors de la classe), elle a renoncé à une partie de la formation intellectuelle, et incité les élèves à recourir à la littérature parascolaire, ou à piller les encyclopédies en ligne. Une des réponses serait d’intégrer le copier-coller dans l’enseignement, et d’habituer les « pilleurs » à citer systématiquement leurs sources. Un dernier problème, c’est que les articles écrits par des amateurs passionnés sont inadaptés aux besoins des lycéens ou des collégiens, du fait de la longueur excessive, du vocabulaire compliqué ou des concepts trop abstraits utilisés. L’idée d’une version éducation progresse, mais cela exigerait un temps et une énergie considérables. Dans l’immédiat, il reste la formation intellectuelle et culturelle des élèves. Pour leur apprendre à diversifier leurs sources d’information. Et avoir toujours un regard distancié et des techniques pour savoir distinguer le vrai du faux. Un vrai travail de Sisyphe.
alithia Site 6 avril 2007 09:30:17
merci de votre lecture, mais je ne sais pas où vous avez vu que je reprocherais à wikipedia d'avoir un "savoir agressif" ? Et déjà je ne comprends pas très bien la notion : en quoi le savoir serait-il "agressif" ? * Si j'en crois Aristote au contraire, apprendre est un plaisir : plaisir de la découverte que tout enfant éprouve dès le plus jeune âge. * mais découvrir (apprendre) n'est pas pas constituer pour autant un savoir. Confusion que wk semble entretenir. Je monter que wk est fondée sur et constituée par ce sophisme, qui est très gratifiant, mais faux. * Il me semble que ce que je reproche à wikipedia est tout le contraire d'une prétention au savoir qu'elle affiche. = je lui reprocherais plutôt de ne pas savoir ce qu'est le savoir, ni sa nature ni ses conditions. Wk ignore ce que sont les conditions de la constitution du savoir (recherche, études, invention, constitution de sciences, de théories) , aussi bien que celles de sa diffusion (information et vulgarisation , enseignement) * je lui reproche ses présupposés de "neutralité" comme accumulation d'opinions et son mépris de la vérité et des spécialistes * je lui reproche ses principes, que je crois faux, et ses résultats, que je constate souvent très médiocres, mais plus grave , les distorsions de certains sujtes qui vont jusqu'à la propagande , si vous lisez les articles du blog * du reste vous le dites vous-même : wk c'est parfait pour les mangas, les bandes dessinnées, personnages de feuilletons populaires , les variétés, et personne ne dira le contraire. Mais est-ce extensible à l'exposition et l'enseignement du savoir ? Je ne vois aucun rapport de conséquence ni d'analogie entre les deux. * La question c'est de savoir si les techniciens qui forment l'essentiel des rédacteurs de wk peuvent s'improviser rédacteurs exacts et objectifs (pour ne pas sombrer dans l'idéologie)en histoire, philosophie, linguistique, archéologie, histoire de l'art , sciences et épistémologie etc. ? * personnellement je ne le crois pas. Ni par principe. Ni au vu des résultats. Cela n'a rien d'agressif, c'est un constat. * je ne suis pas la seule : à part l'étude (bidon) de Nature, personne n'a prouvé le contraire. * à suivre
zid Site 6 avril 2007 18:05:48
Alithia > je vous suis, mais, comme vous le dites vous-même, vous reprochez à Wikipedia de ne pas respecter "votre" vision du savoir. Vous dites: "wk c'est parfait pour les mangas, les bandes dessinnées, personnages de feuilletons populaires , les variétés, et personne ne dira le contraire. Mais est-ce extensible à l'exposition et l'enseignement du savoir ? Je ne vois aucun rapport de conséquence ni d'analogie entre les deux": depuis quand ces medias ne seraient-ils pas sources ou vecteurs de savoir? Vous accusez WK de "propagande"... il faudrait plutôt accuser "certains contributeurs"... et puis reconnaitre que, dans votre blog, vous défendez vous aussi des positions idéologiquement et philosophiquement engagées, simplement elles sont différentes que celles de certains contributeurs de Wikipedia. Le savoir n'est pas neutre. La façon de le présenter peut être agressive. Votre vision du savoir est... agressive! ;-)
Michel 23 novembre 2007 00:35:09
Attention, le blog d'Alithia, qui se fait passer pour un site d'observation et d'analyse de Wikipédia, est en réalité un fatras irrationnel où se mêlent mensonges, falsifications, théorie du complot, diffamations et injures, et une très grande méconnaissance des règles élémentaires de Wikipédia. Ce blog est une escroquerie intellectuelle. Je vous invite à la plus grande prudence si jamais vous décidiez de le consulter, car Alithia {{manipule systématiquement les propos de ses contradicteurs}} pour leur faire dire le contraire de ce qu'ils disent, jusqu'à les accuser d'antisémitisme, voir de tendance cryptique au nazisme... La pluplart des affirmations de sa part, ou des pseudos-commentaires des articles, sont des affirmations gratuites, sans preuve, sens analyse, ou purement et simplement des insultes, ou encore même des inventions complètes (par exemple, si vous avez le malheur de montrer les nombreuses lacunes des propos d'Alithia, vous serez qualifié de wikipédien comploteur, même si vous dites plusieurs fois que vous n'êtes pas wikipédien). Cette personne s'acharne à insulter tous ceux qui ne sont pas d'accord avec sa thèse que Wikipédia est par nature un repère d'antisémites-fasciste-racistes-sexistes-néo-nazis et j'en passe et des meilleurs.
alithia Site 5 décembre 2007 13:48:21
Pour se faire une idée par soi-même, il suffit de mentionner des faits : présence de propagande + ce que wikipedia censure, pour conclure au mythe de sa « neutralité » ; pour cela voir une série d'articles sur l'observatoire de wikipedia concernant : * la propagande que wikipedia véhicule : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/categorie-979823.html * ce qu'elle censure : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/categorie-1020916.html * ce que vous ne verrez jamais sur wikipedia, c'est à dire toutes les informations qu'il est impossible de donner sur wikipedia, interdites par ses surveillants et censeurs : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/categorie-1020467.html * en particulier sur la laïcité : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/categorie-1220178.html * et si vous voulez savoir comment ça fonctionne en vrai : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/categorie-1210838.html * le mythe de la « neutralité » : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/categorie-1020126.html
Jean-P. Site 22 décembre 2007 21:37:02
Pour une wikipédia responsable http://wikipedia-responsable.blogspot.com

Catégories

Archives

A propos