Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

Un Moyen Âge de pacotille

De toute éternité, des hommes se sont emparés de l’histoire. Au fil des siècles et de l’emprise du scientisme, l’histoire s’est professionnalisée. Ils ont appris des techniques, acquis des savoirs qui leur permettent de mieux appréhender le passé que ne le firent nos ancêtres. A côté de ces professionnels de l’histoire, on a toujours compté avec des historiens « amateurs », passionnés qui se frottent au passé avec plus ou moins de bonheur : au XVIIIe, XIXe et dans la première moitié du XXe s., des érudits locaux ont fait avancer la connaissance de l’histoire d’une manière essentielle. Instituteurs, avocats, notaires, médecins… tous maîtrisant les langues passées avec un bonheur inégal, consacrant leur temps libre à lire les anciens et à s’immerger dans les flots d’archives grises pour y faire l’histoire de leurs ancêtres, de leur village, de leur église… Si on se défie de leurs travaux parfois, on en tire toujours un profit, même minime : ils ont vu les documents et ont été comme des défricheurs, dressant des tableaux généalogiques, jetant les bases d’une histoire des événements locaux. Ils ont nettoyé le terrain pour les professionnels. Les généalogistes de nos dernières décennies peuvent encore, pour certains du moins, jouer ce rôle, à condition qu’ils ne se contentent pas de dresser des tableaux secs et sans âme.

Mais une autre race d’ « amateurs » a vu les jours, depuis quelques années : obsédés par un passé qu’ils rêvent encore plus qu’ils ne l’imaginent, ressassé par les téléfilms et la littérature à grand tirage dont ils sont gavés, ils s’enlisent dans une admiration bornée pour des figures expressionnistes. Ils recréent le Moyen Âge, ils font leur moyen âge. Les tournois de chevaliers, les ripailles des banquets, les cours d’amour, les massacres de gueux, les bûchers de sorcière, les instruments de torture : nous y sommes. Et cela plaît ! Dans les murailles de Carcassonne, telle ou telle boutique qui se dit « musée » vous propose un aperçu de la torture médiévale ; vous verrez à Orléans, au printemps, une fête médiévale où des guignols nippés en « chevaliers » tournoient en jurant et ferraillant comme dans « les visiteurs ». Et ailleurs encore…

Et sur le web, des sites, parfois sous forme de blog, exhalent ces mêmes relents qui m’indisposent. Peut-être est-ce cela que le monde croit devoir attendre de nous, médiévistes professionnels : faire de la petite histoire, écrire du pipole moyenâgeux, notules qui flattent les plus bas instincts et émoustillent le chaland. C’est bien ce qui se vend, c’est ce qui se vend bien. J’ai été surpris de voir plusieurs de ces sites mis en avant ces derniers temps : medievaliste, blog amateur et fier de l’être, qui remue beaucoup de vent, guère de contenu et sans grande critique, mais qui plaît...Passe encore, il semble assumer son statut… Un autre, plus vide encore vide et désespérément plat et vulgaire, a été repéré et mis en avant il y a quelques jours par Etolane, de Mediatic : c’est surtout celui-là qui m’a choqué… J’ai été surpris et déçu : jusqu’ici, ce genre de petit site ou de blog restait confidentiel, comme les skyblogs ou les blogs-journaux intimes. Mais les voilà poussés à l’avant-scène (oh, je sais, c’est tout relatif… mais quand même !). On me parlera de rapport « offre-demande », de la liberté d’expression, de la mainmise intolérable des professionnels –pourquoi pas de leur jalousie ?– sur la discipline…  Qu’importe, tout est dans ce dernier mot, « discipline ». Discipline : avec ses règles et son ordonnancement, avec son apprentissage et sa mise en pratique. C’est un métier, historien. Feriez-vous confiance à un amateur qui vous donnerait des conseils de médecine sur le web ? Ceux qui ont déjà voulu, sans l’être, jouer à l’avocat sur le blog de maître Eolas savent que le droit, c’est une discipline : le patron de la boîte le fait justement sentir dans ses commentaires. L’histoire, c’est la même chose.

Ah, on me dira : mais faites-le, rétablissez la vérité, dites-nous comment se passaient les tournois, les persécutions, les banquets… ? au lieu de vous plaindre, parlez-nous de ce vrai Moyen Âge ! Mais je le fais, nous le faisons tous, nous professionnels. Pas sur ce blog, certes : ce n’est pas son objectif que de vous recopier des passages des travaux de mes collègues ; j’ai déjà assez dit ce que je veux y faire. Mais lisez-les, mes collègues ! et pas seulement sur les blogs ou sur le web ! Lisez les revues comme l’Histoire ou même Historia… Lisez les grandes synthèses, les notices de dictionnaire écrits par des professionnels, les monographies de spécialistes. Introuvables ? Entrez dans n’importe quelle bonne librairie de province, interrogez le libraire, écumez les rayons, lisez les 4eme de couverture et évitez lorsqu’on vous dit que l’auteur est « journaliste » ou soi-disant « spécialiste » touche-à-tout qui a écrit un ouvrage sur Jules César, un autre sur les druides, un autre sur le trésor des templiers et un dernier sur l’historicité du Da Vinci Code, défiez-vous des vieux épouvantails trompeurs comme Régine Pernoud... Les codes, vous les décrypterez vite : un historien est d’abord et avant tout un professionnel ou travaille avec des professionnels. Pas de miracle. Il y a bien quelques excellents historiens non professionnels –heureusement !- , mais on les compte sur les doigts d’une main. Et quand vous les aurez trouvés, essayez de les lire. Jacques le Goff, plus difficile à lire que Dan Brown ? Possible, mais si vous passez deux fois plus de temps à lire du Le Goff, au moins, vous fermerez l’ouvrage avec un nouveau vrai savoir, un gai savoir. Vous cherchez la vérité ? Cherchez-la vraiment.

Commentaires

Dado Site 23 septembre 2006 19:37:36
Il y a quelques posts, je vous faisais remarquer que je regrettais un peu ne pas trouver sur le blog d'un médiéviste des informations sur le Moyen-Age. Je lis régulièrement par exemple des blogs américains sur la neurobiologie et - chose extraordinaire ! j'y trouve des informations sur la neurobiologie. Mais il semble que ce soit un point de vue bien français de ne pas vouloir publier gratuitement sur Internet ses informations - le même état d'esprit se rencontre à propos de toute publication scientifique. Par exemple, Météo France avait récemment voulu rendre tous ses services payants. Devant la désertion immédiate de leur site, ils sont rapidement revenus sur leur idée. Pourquoi s'étonner alors de ce que les rares informations que l'on trouve soit d'une qualité plus que médiocre ? Pourquoi s'étonner de ce que les lecteurs se tournent vers les informations publiées plutôt vers que celles qui ne le sont pas ? S'il existait au moins un blog d'histoire qui donne un point de vue sur la manière de réagir et de voir les choses des gens au Moyen Age, sur leur façon d'envisager la justice, la religion, la famille, la communauté urbaine, la campagne, leur point de vue sur le fonctionnement de leur société, sur les seigneurs, sur les paysans, sur le mariage, sur les guerres, sur la mort, etc. etc. cela permettrait de réaliser que les hommes de cette époque n'avaient la même mentalité que les héros d'Hollywood. Le lecteur serait sans doute très intéressé de découvrir ce qui nous rattache ou ce qui nous différencie de nos ancêtres, il ne penserait plus qu'un homme du Moyen-Age est un contemporain déguisé et il s'intéresserait sans doute moins aux détails folkloriques comme les costumes, les armures et les instruments de torture. Sans doute aussi voudrait-il en savoir plus sur cette époque et il se tournerait alors vers les publications sérieuses... pourvu qu'on lui indique lesquelles valent le coup, lesquelles ne présentent pas d'intérêt et pourquoi. >> Entrez dans n’importe quelle bonne librairie de province, interrogez le libraire, écumez les rayons. Qui nous dit que le libraire sera aussi bien informé que vous ? Serait-ce trop demander que d'avoir au moins cette information sur votre blog ?
zid Site 23 septembre 2006 23:53:33
Dado > "Pourquoi s'étonner de ce que les lecteurs se tournent vers les informations publiées plutôt vers que celles qui ne le sont pas ? S'il existait au moins un blog d'histoire qui donne un point de vue sur la manière de réagir et de voir les choses des gens au Moyen Age [...]" >>> eh oui, s'il existait un blog comme ça. Mais il n'en existe pas, pour l'instant. Il y a en revanche de plus en plus de sites spécialisés utilisables pour pénétrer dans les frondaisons obscures de l'histoire médiévale, si vous vous en sentez capable: les portails Menestrel (qui tient aussi un blog), Reti Medievali, les revues publiées chez revues.org, etc. etc. Partant de là, vous en saurez déjà un peu plus, librement et gratuitement. J'ajoute que les historiens français ne publient pas moins en libre accès sur le web que les autres (hélas): pas d'auto-flagellation donc. Quant à choisir pour vous les livres ("Serait-ce trop demander que d'avoir au moins cette information sur votre blog ?" me demandez-vous, inquiet (?)...)... ce n'est pas le but de ce blog, je l'ai déjà dit. J'ai expliqué dans ma note les quelques trucs pour s'y retrouver et ne pas faire de trop mauvais choix. Cela s'apprend vite. Des recensions d'ouvrages scientifiques (très scientifiques donc moins rigolos que les élucubrations de Jean Markale, Régine Pernoud, Jeanne Bourin et consors) sont régulièrement dispensées par la revue américaine en ligne "The medieval review" (TMR): cela donne un aperçu de la production scientifique historienne, surtout anglo-saxonne.
Erin 24 septembre 2006 17:09:52
J'aime le Moyen-Age... vraiment. J'ai lu certainement plus de livres de ces personnes qui ne sont pas de vrais historiens que d'autres, et si aujourd'hui je préfèrerais lire ces derniers, je ne renie pas les autres. Même s'ils ne sont pas dans la vérité, c'est eux qui m'ont amenés vers cette envie d'en savoir plus sur ces époques (car pour moi, pauvre inculte, il y a plusieurs moyen-âge). Aujourd'hui, je suis tributaire du fond de ma bibliothèque. Et question vrais historiens... c'est pauvre. Je lis actuellement Jacques Boulenger "La légende du roi Arthur". Ce n'est qu'un livre s'inspirant de la littérature médiévale, mais si l'on sait y faire la part de faits et d'embellissements racontés, je trouve qu'on peut se sentir plongé dans cette période (certes un peu floue à situer pour ce livre). J'aimerais beaucoup savoir lire le vieux français, enfin plutôt le comprendre, puisqu'en calligraphe amateur que je suis, j'arrive à le déchiffrer. D'ailleurs je pratique l'onciale au quotidien... J'ai découvert votre blog il y a peu. J'y reviens. Et je suis tout aussi interessée par le médiéviste que par d'éventuelles "anecdotes" médiévales.
Le Plume Site 26 septembre 2006 19:18:53
Pas loin de partager ton point de vue. Mais finalement, pas grand chose de nouveau par rapport au moyen-âge tout aussi bidon réinventé par les romanciers du XIXe siècle... Seul avantage de ce genre de chose: les "jeux de rôle grandeur nature" ont amené quelques personnes à l'histoire des techniques - c'est toujours ça de pris! ;-)
Parisienne exilée Site 15 octobre 2006 23:35:47
L'histoire est un mensonge, du début à la fin, une impossible tentative pour retrouver ce qui n'est plus. Les historiens traquent le vérité historique et interprètent à leur façon le passé. Ils ont pour eux l'honnêteté intellectuelle, qui ne leur garantit pas l'exactitude. Les amateurs font n'importe quoi, ils ont pour eux la curiosité et le désir de s'amuser. Leurs objectifs sont différents. Qu'importe que le grand public nage dans l'erreur historique. Le passé est mort, et les historiens eux-même, plus ils relisent les textes, plus ils s'éloigent de l'insaisissable vérité. Et s'ils ne le font pas, ils délirent. J'ai passé un oral avec Chaunu (qui parlait tout le temps et, à la fin, notait sans qu'on ait ouvert la bouche). Il m'a demandé (il était énervé): Mademoiselle, savez-vous ce qui s'est passé au moment au Luther s'est présenté devant son créateur? Au lieu de m'écraser, je lui ai répondu comme une idiote que je n'étais pas là, ni personne, et que donc on ne le saurait jamais. Il n'a pas du aimer (je n'ai donc eu que 14), et il m'a expliqué ce que Luther avait ressenti devant Dieu. C'était Chaunu, et il ne faisait que parler, mais ce n'était guère autre chose que ses suppositions - et pourquoi pas? Pourquoi ne pas s'amuser avec l'histoire?
?? 24 octobre 2006 16:03:40
"L'histoire est un mensonge"... Avec un 14, vous pourriez même ajouter "Chaune était sympa".
Charles 24 octobre 2006 16:12:27
Je suis d'accord avec le rédacteur de ce site, le monde internet offre un Moyen-âge de pacotille, une science virtuelle. Je comprends qu'en tant que professionnel vous poussiez votre coup de gueule. Toutefois si l'on fait la part des choses, il faut reconnaître, comme certaines personnes l'ont souligné ici, que cette histoire amateure a son intérêt pour l'histoire, c'est à dire l'histoire scientifique. Internet et le livre relèvent tous deux de l'écrit mais il s'agit de deux techniques différentes, pourvues d'objectifs foncièrement différents dans leur utilisation sociale... méfions nous des mirages pour s'éviter d'amères déceptions. La science reste attachée aux livres, et d'abord aux livres écrits par des scientifiques.
varna Site 6 novembre 2006 08:23:47
Bonjour, Puisqu'il est question dans cette note de la façon d'écrire l'histoire, j'aimerais connaître l'avis de l'historien (ou des historiens) que vous êtes sur l'ouvrage de Paul Veyne, "Comment on écrit l'histoire", pour le cas où vous l'auriez lu. Merci à vous.
Alerik Site 10 janvier 2007 09:16:09
c'est vrai, ce genre d'animations existe. mais tout évolue cliquez "site" et vous trouverez un forum de passionnés que échangent le fruit de leurs recherches et savent faire la part spectacle-reconstitutions.
David 10 janvier 2007 14:46:05
Bonjour je viens de prendre connaissance de votre site et de ce message par le biais d'un forum....axé vous vous en doutez sur le moyen age... vous évoquez dans votre article les tarés qui font des animations médiévales de pacotille, vous semblez ignorer tout de ce milieu et de son extrême hétérogénéité! bien sur il existe des troupes qui se complaisent dans le style "visiteurs", mais à côté de cela vous avez des troupes en france et en Europe qui excellent dans l'évocation ou la reconstitution d'une période donnée du moyen age, et figurez vous que parmi elles vous trouverez des gens titulaires de master en histoire médiévale, des archéologues, des responsables de musées, je pense par exemple à un des conservateurs du musée de l'armée à paris....qui fait partie d'une très bonne troupe française, vous trouverez également des artisans titulaires de diplomes universitaires en histoire ou archéologie... alors de grace, en bon historien que vous êtes (je ne vois pas de liste de vos ouvrages en marge, ai-je mal vu?), faites de vraies recherches en la matière, le monde des passionnés de cette période de notre histoire n'est pas qu'un bloc de ramasssis d'ignorants...si vous voulez vous faire une opinion de ce que nous pouvons être je peux vous indiquer le forum, vous y serez le bienvenu! nul doute que la discussion y sera intéressante....et animée!
David 10 janvier 2007 14:46:05
Bonjour je viens de prendre connaissance de votre site et de ce message par le biais d'un forum....axé vous vous en doutez sur le moyen age... vous évoquez dans votre article les tarés qui font des animations médiévales de pacotille, vous semblez ignorer tout de ce milieu et de son extrême hétérogénéité! bien sur il existe des troupes qui se complaisent dans le style "visiteurs", mais à côté de cela vous avez des troupes en france et en Europe qui excellent dans l'évocation ou la reconstitution d'une période donnée du moyen age, et figurez vous que parmi elles vous trouverez des gens titulaires de master en histoire médiévale, des archéologues, des responsables de musées, je pense par exemple à un des conservateurs du musée de l'armée à paris....qui fait partie d'une très bonne troupe française, vous trouverez également des artisans titulaires de diplomes universitaires en histoire ou archéologie... alors de grace, en bon historien que vous êtes (je ne vois pas de liste de vos ouvrages en marge, ai-je mal vu?), faites de vraies recherches en la matière, le monde des passionnés de cette période de notre histoire n'est pas qu'un bloc de ramasssis d'ignorants...si vous voulez vous faire une opinion de ce que nous pouvons être je peux vous indiquer le forum, vous y serez le bienvenu! nul doute que la discussion y sera intéressante....et animée!
zid Site 11 janvier 2007 14:57:18
Alerik et David > je me demandais aussi pourquoi j'avais une telle montée de visites sur mes statistiques, j'ai tout compris en voyant le site d'où elles proviennent! Mais rassurez-vous tous deux, je sais que de vrais bons amateurs existent, je les respecte évidemment. Ai-je mis tout le monde dans le même sac dans ma note ? je ne le pense pas. Et je ne veux pas dénier toute existence à ces "troupes", c'est bien qu'elles existent, il n'y a pas de raison de les rejeter, tout comme je ne rejette évidemment pas les jeux de rôle de tous ordres.

Cependant, j'ai des choses à ajouter, tout historien que je suis (eh oui, je le suis, mais je ne pense pas qu'une liste de mes trois livres et soixante articles et articulets change grand chose à ce blog, ça ferait encore plus "pédant", comme le dit un de vos "collègues" de façon peu amicale sur votre forum... j'ajoute d'ailleurs que les insultes ne donnent pas envie de discuter, mais enfin... vous, vous êtes polis, donc, je réponds, tout comme je répondrai sur le forum dès que ma demande d'inscription aura été validée par le modérateur).

1. Combien de fumistes parmi vos "troupes"... pour moi, c'est vraiment ce qu'on appellerait du comique troupier! ;-)

2. Ce n'est pas le Moyen Âge, les bagarres de guerriers "chevaliers", les "tournois" ou les buffets campagnards -c'est plus que ça, non ? Le problème, c'est que, pour finir, pour le grand public, le Moyen Âge ça devient ça et seulement ça. Pourquoi ne faites vous pas davantage que des reconstitutions de bagarres médiévales ? Cultivez des champs, faites des charrues, des chariots de transport, construisez-moi des maisons, des fermes, des moulins, des châteaux pourquoi pas ?

Et pourquoi ne pas faire de l'archéologie en amateurs avec des professionnels, là aussi vous serez les bienvenus(mais avec eux, sinon, vous ne vous en sortirez guère hélas) ?

Bref, apaisons le débat :-)

Rolland 11 janvier 2007 16:43:43
Bonjour Zid Vous dites dans votre précédent commentaire : "Le problème, c'est que, pour finir, pour le grand public, le Moyen Âge ça devient ça et seulement ça." Et c'est là que le bât blesse. Je crainds que vous ne vous soyiez trompé de "cible". La plupart des troupes médiévales (de reconstitution ou non) sont contactées par des organisateurs pour animer leur fête, leur musée, leurs banquets, etc... Et malheureusement, bien trop souvent, vous pouvez deviner aisément ce qu'il est demandé comme "animation" ou "présentation". Au seing des troupes de reconstitution pure le problème ne se pose évidemment pas. Le plaisir et la recherche personnelle étant au centre de l'intérêt ! Le véritable fautif de cette caricature de Moyen Age est avant tout le pouvoir de l'organisateur qui finira par offrir une prestation qui ne coûte rien ou très peu, à n'importe qui ... plutôt que de viser la qualité ! Cette image de "Moyen Age de pacotille" est presque voulue par les organisations pour "égayer" le public. N'y a t'il pas là un autre débat ? Une question qui revient souvent dans nos associations et qu'un ami m'avait soufflé à l'oreille il y a dejà plusieurs année : "Pour qui faites-vous ce que vous faites ?" On pourrait en débattre des heurs durant ... En tout cas merci d'avoir répondu à l'appel sur les deux forums concernés. A bientôt.
Rolland 11 janvier 2007 16:46:19
Et voilà que je commets par inadvertance la même erreur que vous avez pu commettre : je généralise improprement les organisateurs sous la même bannière ! Il faut bien entendu comprendre qu'il y a également de très bonnes fêtes et des organisations sérieuses. Je m'en voudrais d'être mal perçu à mon tour.
Philippe 11 janvier 2007 20:19:33
Je vais rejoindre Rolland, quitte à faire doublon, en vous mettant la réponse que je vous ai adressée sur le forum G.M.A. « Pour moi cher Monsieur, vous avez pris le problème à l’envers. Plutôt que de taper sur les personnes qui essaient avec leurs faibles moyens intellectuels (pour reprendre vos propos), en dehors de leur travail et de plus bénévolement, pourquoi ne pas vous en prendre aux organisateurs de ces fêtes. Après tout, nous ne faisons bien souvent que répondre à une demande de la part de ces organisateurs. S’ils veulent une prestation de qualité, nous la fournissons ! Nous ne sommes pas responsables de la politique de ces communes, qui préfèrent l’effet de masse du consommateur moyen qui déposera ensuite son bulletin de vote dans l’urne, à l’effet culturel efficace. Nous ne sommes pas responsables de l’implantation « du stand merguez de la fête à Neuneu » mis là par l’association tartempion coorganisatrice de l’événement avec des costumes en papier crépon. Je fais ce genre de manifestation depuis suffisamment de temps, pour savoir que le public vient là, pour passer un moment agréable pour toute la famille et peu voir pas du tout pour se cultiver. Le monde sur lequel vous, vous faites les dents, est celui qui vous soutient dans les crédits que vous demandez pour vos recherches, pour la sauve garde du patrimoine…. Je trouve regrettable de cracher sur la main de celui qui vous tend la soupe. Bien cordialement. Philippe » Vous nous parlez de ces manifestations, faites que de batailles et de banquets. Mais même vous avec le niveau que vous avez, vous, vous arrêtez que sur ces points. Vous ne remarquez même pas les heures de recherches fêtent pour arriver à un costume cohérent, fait avec des matériaux au plus près de ce qui se faisait à cette époque, ni les heures de martelage à la forge pour reconstituer une armure ou une arme de cette époque. Je pense que vous n'aimeriez pas, sous prétexte, qu'un de vos confrère fasse une affirmation complètement erronée que nous mettions tous les historiens dans le même panier. Malgré toutes les années de recherches personnelles et bénévoles, que j'ai consacré et consacre toujours à cette passion, la seule chose dont je suis sur c'est que je ne sais rien. Cette période est trop vaste et trop complexe pour affirmer avec certitude que ce qui est valable aujourd'hui le sera demain. Bien cordialement Philippe
Olivier Site 12 janvier 2007 02:34:09
Bonjour, c'est après avoir parcouru tant une bonne partie de votre blog que les réactions d'un article de celui-ci sur certains forums que je me permettrais de vous donner mon avis sur votre appréciation du monde de la reconstitution médiévale. Vous devez savoir qu'au sein même de ce petit univers plusieurs tendances s'affrontent : "évocateurs" et "reconstituteurs" ne font pas toujours bon ménage ensemble. Et savez-vous pourquoi ? Parce que le but des premiers est avant tout de distraire alors que pour les seconds, les aspects "recherches" et expérimentation" priment. Et pourtant, tous sont amateurs. Vos propos, je les ai déjà entendus maintes fois de la bouche de certains reconstituteurs, et pour une grande part, je les approuve. Comme vous, je plaide pour une meilleure et plus sérieuse diffusion de l'Histoire auprès du grand public mais si nous ne parvenons pas à capter l'attention de celui-ci, le bénéfice de tout travail risque d'être perdu. La représentation de batailles est un de ces vecteurs. Les personnes intéressées pourront alors prendre connaissance d'autres aspects de cette période de l'Histoire, tout autant sinon plus importants et représentatifs. Celà n'empêche cependant de représenter ces scènes quelles soient de nature guerrière ou non avec un maximum d'exactitude historique -et plusieurs associations le font très bien- tant dans le matériel que dans les techniques exposées. Je ne m'étalerai pas davantage sur ce sujet : vous découvrirez facilement nombre d'associations, parmi les plus sérieuses, sur les forums dont je vous parlais en début de réponse.
zid Site 12 janvier 2007 10:50:59
Rolland, Philippe > C'est une remarque fort pertinente. En effet, la grande question, vous la posez: pour qui faites-vous ces reconstitutions ? Pour des organisateurs qui vous paient- et je suppose que l'argent reçu sert juste à payer vos frais et que vous ne faites pas de bénéfice, sinon évidemment il n'y a plus rien de scientifique là-dedans, ces "troupes" sont équivalentes aux petits cirques, bateleurs et comédiens qui sillonnaient nos villes et nos campagnes, on ne pourrait en espérer que du divertissement où la part de reconstitution historique serait anecdotique.

Alors, face à des organisateurs qui vous paient mais dont vous ne tirez aucun bénéf perso, deux réactions: soit vous vous pliez à leurs désirs et vous pouvez (devez ?) faire du grand n'importe quoi, soit vous adaptez les désirs des organisateurs aux exigences d'une bonne reconstitution. Si vous vous pliez complètement aux désirs des organisateurs, papier crépon etc., désolé aussi, mais je ne vois pas pourquoi ??? Vous faites ça en amateurs, à vous de garder votre dignité et de ne pas combattre les elfes et les orcs ???

Mais heureusement, il y a de bons groupes, j'espère, et de bons organisateurs aussi. Je sais que cela doit coûter des heures de travail de faire tout cela, alors autant le faire bien! Le public vient pour s'amuser ? Fort bien, mais pourquoi alors les amuser en faisant du TF1 alors que vous pouvez leur donner de l'Arte?

Non, je ne crache pas sur le public: le public, il sait du Moyen Âge ce que VOUS vous leur en montrez, alors forcément, les responsables, c'est vous, on ne peut pas se cacher derrière le public ou les organisateurs seulement, ne pensez-vous pas ?

J'espère qu'on continuera la discussion, sans tabou:non, je ne veux pas être pédant ni méprisant comme semblent le croire certains de vos collègues sur les forums: j'écris comme ça parce que c'est mon style à moi, mais je veux surtout comprendre et me faire comprendre, quitte à changer mon fusil d'épaule!

Olivier > vous parlez d'or et je suis prêt à vous suivre.

Bouchard Site 12 janvier 2007 10:54:16
Votre note laisse entendre que votre connaissance du milieu de la "reconstitution" et des fêtes médiévales est partielle voir même partiale. - Il y a des fumistes ? Bien sûr, il y en a plein ! Les fumistes de la semaine se transforme en fumistes du dimanche sur les fêtes ! De la même manière manière qu'il y a des historiens fumistes, des avocats fumistes, des sportifs fumistes, des organisteurs de fête fumistes ! Certaines troupes n'ont aucune prétention historique, le savent et l'affiche, d'autres font des erreurs... C'est peut être regrettable, mais c'est comme ça et croyez bien que nous sommes nombreux, à des degrés divers à le déplorer. Les échanges sur les quelques fora de reconstitution/évocation contribuent justement à faire doucement évoluer les choses. Mais nous ne sommes pas dans un monde parfait ! - Reconstituer un château, un village ? Vous ne connaissez donc pas Guédelon, ni la Motte de saint Sylvain D'anjou, ou Domus Castri, ni Crisolles ? Vous y verrez des paysans, des cultures, des maisons...et des troupes de reconstitution... Vous y verrez des forges, des fours à pain, des fours à poterie. Ignorez vous que les troupes font souvent appel à des artisans qui eux même sont parfois des archéologues pour commander et faire réaliser du matériel selon des cahiers des charges précis ? - Reconstituer une charrette ? Facile ! Ignorez vous que nous sommes des bénévoles qui triment dans des associations sans moyens et trop souvent non subventionnées (on ne subventionne pas Jacquouille vous savez...)? Ce genre de projet existe, mais reste dans les cartons par la force des choses. Du coup, faute de charrette, on marche ! 20kms en forêt, en armes à presque 5 km/h de moyenne, c'est un bon test pour le matériel et celui qui le porte. Echangez un instant le silence de votre bibliothèque contre celui de la forêt avec au milieu une colonne de piétons. Vous verrez, c'est aussi enrichissant et peut être que vous aurez droit au buffet campagnard...ça creuse la marche ! - quant à, participer à des fouilles, savez vous que ça se fait ? Savez vous qu'il y a des archéos dans les troupes ? savez vous que nous exploitons les rapports de fouilles et les catalogues même s'ils sont difficiles à se procurer et très honéreux(quoique vous disiez...). - Que veut le grand public ? Il ne le sait pas lui-même ! en tout cas il ne veut pas d'un cours d'histoire sur une manifestation récréative, ça c'est sûr ! Mais malgré tout on arrive à faire (parfois) des merveilles quant nous présentons sur notre camp des objets avec les sources historiques d'où ils sont tirés et refaits. Qui montre aux enfant de primaire les habits civils, le savons, l'hygiène (ben oui on se lave au MA...), vous ? Certaines troupe oui en tout cas...et c'est le meilleur moyen de tordre le cou aux jacquouilles que vous dénoncez. Bref, je ne vais pas m'étendre, je pourrais vous donner des dizaines d'exemples... A bientôt
aLINGHI 12 janvier 2007 13:21:34
Mais heureusement, il y a de bons groupes, j'espère, et de bons organisateurs aussi. Je sais que cela doit coûter des heures de travail de faire tout cela, alors autant le faire bien! Le public vient pour s'amuser ? Fort bien, mais pourquoi alors les amuser en faisant du TF1 alors que vous pouvez leur donner de l'Arte? Pour info certains d'entre nous avons participé à la réalisation de documentaire sur "l'Histoire de la cuisine" et "l'histoire de la mode" pour arté !!
philippe 12 janvier 2007 16:36:41
copie de ma réponse sur le forum des G.M.A Je ne peux (je n’ai pas le niveau) ni ne veux ( je ne souhaite pas avoir une discussion stérile) rentrer dans cette polémique qui consiste à dire « vous êtes responsable, vous faite partie d’une troupe donc vous devez raisonner comme des scientifiques » Je réponds juste avec mes faibles moyens à une agression qui me semble injuste et non fondé. Je pense être resté courtois peut-être mal habile sur la première réponse, mais sûrement pas insultant. Nous sommes dans la majorité des cas des associations loi 1901, avec tous les avantages et les inconvénients que cette loi impose. Nous, nous déplaçons en effet sous forme de contrats, les frais de déplacements représentent la majorité voir la totalité de la somme alloué sur ce dernier. Se sont les adhérents qui payent avec leurs deniers personnels le financement de leurs costumes civils et/ou militaires, leurs armements, les heures de recherches et de confections. Nous ne disposons pas comme la recherche de somme alloué pour ce que nous faisons. A votre avis, à part des gens comme nous qui fouillent durant des heures sur inter net, à la recherche de document, qui pouvait tomber sur votre article ? Les gens que vous semblez viser, ne le liront jamais. Ils se moquent littéralement de ce que vous pensez d’eux.
Pierre Al Site 12 janvier 2007 19:50:05
Meme sur le combat et la pratique des arts martiaux il faut relativiser. Certains groupes travaillent sérieusement sur les sources techniques et didactiques traitant de l'art du combat, et pratiquent une reconstitution honnète de la violence passée.
dame chlodyne 16 janvier 2007 18:08:27
bonjour, Je suis mitigée sur mon commentaire à cet article car je suis d'avis de dire que le milieu des médiévistes universitaires n'a rien à voir avec ceux qui font de la reconstitution historique ou de l'évocation historique. Les universitaires font l'histoire, l'écrive, les autres l'évoquent, rentrent dans la peau d'un personnage. Je ne sais pas trop si c'est comparable, ce qui est sûr c'est que certaines aimeraient être ces autres ! Je ne suis pas certaine que les rôles soient à échanger. Par contre, certains diplômés comme moi peuvent vouloir se tourner vers l'évocation historique. Mais le niveau n'a rien à voir, je peux vous le dire pour être passé de l'un à l'autre. En revanche il serait bon de parler dans certains cas d'archéologie expérimentale faite au sein des troupes mais il faut savoir que c'est loin d'être une généralité. La plupart font des trucs sympas que le public aime voir mais le public des fêtes médiévales est le grand public, les familles, les enfants. Ce ne sont pas des manifestations pour les esthètes mais c'est surtout de la vulgarisation de certains savoir et moi c'est ça que je veux faire, personnellement. Voili voilà j'ai ajouté gaiement mon grain de sel !!
mortemarre 3 juillet 2007 08:14:02
je suis un peu choqué de la maniere dont s'exprime l'auteur de cet article en faisant aussi peu cas de l'objectivité... comme l'a dis quelqu'un plus haut, tous les groupes de reconstitution n e sont pas mauvais (a ce point). je fais moi même parti d'une assos medievale (alerion medieval) où nous nous efforçons, sources a l'appui de reconstituer le plus fidelement possible la vie quotidienne au XVe siecle. d'autres existent aussi tels "la compagnie de saint georges" ou la "compagnie de saint martin". avant d'affirmer que tel ou tel courrant est pourri il faut savoir observer et ne pas se contente des pires exemples du web. Nous concernant nous avons passé des semaines a étudier les patrons de chausses parvenues jusqu'a nous afin de les reconstituer, il en va de même pour les armures et armes d'hast etc... un tel mépris pour les reconstituteurs me surprend. ces derniers n'ont jamais prétendu au "titre" de pro de l'histoire, mais c'est en veritable passionnés qu'ils essaient avec le maximum de sources dans la plupart des cas contrairement a ce que tu avances. vois ceci comme de l'"histoire experimentale" au sens de l'application et de la comprehension sur le terrain de tel ou tel artefact (chose que bien des universitaires on du mal a faire ; ancien etudiant d'histoire je sais de quoi je parle.) enfin pour finir, un manque d'objectivité, de tolerance, et d'esprit critique (pour ne se contenter que d'un point de vue) comme la tienne m'impressionne assez de la part de quelq'un qui se considère comme un "pro"... Mais a ton inverse et pour faire preuve d'un peu plus de tolerance que toi, je respecte malgres tout ton point de vue.
zid Site 7 septembre 2007 14:31:58
Ah, ça continue à commenter ici! Bon, j'avais dit que je ferais une mise au point mais je n'ai pas encore eu le temps. Il va bien falloir que je m'y mette! En attendant, je reconnais qu'à seconde vue il faut relativiser mon propos: distinguer l'archéologie expérimentale de la reconstitution elle-même ; distinguer la reconstitution folklorique avec les Jupiler/Heineken en dessous de la table de banquet et la reconstitution voulue plus sérieuse... On assiste là probablement à une nouvelle façon non pas de faire de l'histoire mais de tenter de la vivre. Evidemment, c'est de la reconstruction totale, on est dans l'onirisme, le fantasme, le révisionnisme total (la fumisterie? un peu fort peut-être) par certains côtés et dans certains cas. Pas toujours. Prenons en notre parti et tentons de comprendre.
RenaudD Site 6 février 2008 23:56:56
<> Z'êtes dur, là... OK, nous sommes des amateurs... OK, on parle plus de l'histoire en général que du Moyen-Âge en particulier - c'est d'ailleurs pour ça qu'on s'est choisi le néologisme "Médiévaliste" comme nom, mais comme tout le monde paraît ignorer que c'en est un, ça tombe un peu à plat. OK, le contenu est rarement mis à jour... Mais contenu il y a, revenez y faire un tour à l'occasion et vous verrez que nous puisons plus fréquemment nos sources sur le site de la bnf (voire à l'Ecole des Chartes que vous évoquez dans un article récent) que dans les librairies de gare... Bonne route au Medievizme & sans rancune les Médiévalistes

Catégories

Archives

A propos