Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

8 décembre 1914 : deux mille morts au large des Falklands

Au bout de trois semaines de retrouvailles multiples. Sur mes terres ancestrales, des lectures multiples, dont les souvenirs de course du commandant en second du croiseur allemand Gneisenau, Hans Pochhammer, au début de la première guerre mondiale1. J’y ai retrouvé des souvenirs des récits de l’Oncle Paul, parus dans Spirou durant les années soixante-dix et quatre-vingts : c’est probablement aussi par ces récits d’histoire assez anecdotiques que le virus de l’histoire s’est lentement inoculé en moi. Mais le plus terrible dans ce récit de batailles aussi courtes que dramatiques –des mois de croisière pour deux batailles de quelques heures, l’une gagnée, celle de Coronel, l’autre perdue, celle des Falklands-… le plus terrible, ce sont les chiffres. Lors de cette dernière bataille, les anglais coulèrent quatre croiseurs allemands, dont les effectifs se portaient en tout à 2 200 hommes. Du Scharnhorst, le croiseur amiral du comte Von Spee, aucun survivant ; du Gneisenau, 187 arrachés à la mer ; du Leipzig, 18 ; du Nürnberg, 10. Soit 2 000 hommes qui disparurent en quelques heures au large des Falklands. Et, étonnamment, ces pertes colossales – mais les saignées n’étaient-elles pas aussi terribles sur l’Yser, sur la Somme au même moment ? – ne semblent impressionner personne alors, pas plus les vainqueurs que les vaincus. Des chiffres hallucinants à notre époque, quand on sait que les Américains n’ont pas davantage perdu d’hommes en deux ans de guerre irakienne. La vie semble coûter plus cher, du moins pour les occidentaux, de nos jours.

Notes

1 La dernière croisière de l’amiral Von Spee, Payot, Paris, 1929 (Collection de mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la seconde guerre mondiale).
Par zid dans Continuités et ruptures d'Histoire 23 août 2006 17:47:26
(3) commentaires Ajouter un commentaire

Commentaires

fateh 27 août 2006 21:24:43
bjr jaimerai bien savoir plus sur le nom zid merci
Le Plume Site 29 août 2006 12:46:06
La première guerre mondiale reste quelque chose de démesuré, pratiquement d'impensable - je suis souvent abassourdi par la longueur des listes du monument au mort de tel ou tel petit village. L'entre-deux-guerres s'est perdu dans la contemplation de cet impensable.
zid Site 31 août 2006 15:30:11
Fateh > je reprendrai ce point essentiel dans de prochaines notes d'égo-histoire ;-) Le Plume > les listes de morts sur les monuments sont aussi ce qui m'impressionne le plus, pour 14-18. Ca relève de l'indicible, en effet...

Catégories

Archives

A propos