Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

Zid le jaune

Ce mercredi, j’ai donné cours, à la fac de X. Rien d’extraordinaire, un cours d’histoire des institutions médiévales pour des étudiants de « Master ». Rien d’extraordinaire, si ce n’est que ce fut un des seuls cours dispensés à cette fac de Lettres ce jour-là, et plus que probablement le seul de l’après-midi. La fac était assiégée, en grève, tous locaux barricadés, passages gardés par des étudiants plus que déterminés, menaçants. La décision de bloquer la fac fut prise par une assemblée générale d’étudiants, par un peu plus de cent personnes présentes et votant le siège, sur un total de plusieurs centaines d’étudiants qui suivent les cours de l’institution universitaire, en lettres. Vidant les amphis à coups de mégaphone et d’occupations intempestives, interpellant les professeurs, insultant les étudiants non grévistes.

Ce qui m’a étonné, c’est l’attitude de mes étudiants de Master, qui m’ont expliqué comment rejoindre la salle de cours par des voies détournées. Ils voulaient leur cours sur les donations post obitum et les testaments du bas Moyen Âge. Ils étaient là, cinq sur six (le sixième n’ayant pas compris, semble-t-il, que le cours aurait lieu). Tout s’est passé sans heurts et avec cette avidité de savoir qui caractérise les étudiants qui ont attrapé le virus de l’Histoire. Même un peu fiers d’avoir pu suivre ce cours, malgré tout.

Pourtant, le CPE, tel qu’il est présenté, ne m’enchante pas. Et le droit de grève reste essentiel en démocratie. Mais je ne pouvais décemment refuser à mes étudiants non grévistes ce qu’ils me demandaient. Et je dois bien avouer qu’elle ne me plaît guère, cette prise en otage de l’université et de tous ses étudiants par une poignée d’étudiants bien minoritaires, même si leur vision du monde n’est pas à négliger. La grève, en démocratie, est une affaire grave. Elle doit dire la démocratie. Si elle outrepasse ses droits, si la représentativité des grévistes n’est pas une évidence du tout, alors, elle n’est pas légitime, quelle qu’en soit la raison.

Voilà pourquoi j’ai été un jaune, mercredi passé.

Par zid dans Mes histoires de médiéviste 10 mars 2006 15:19:25
(6) commentaires Ajouter un commentaire

Commentaires

authueil Site 13 mars 2006 11:48:23
Pas de remords et pas de regrets à avoir. La grève est une chose (légitime) le blocage d'un lieu de travail en est une autre (nettement moins légitime). Il est temps que les syndicats étudiants plus politisés qu'ils ne devraient, cessent de se sentir chez dans des lieux où l'on vient pour étudier, ce que les militants syndicaux font bien peu...
jid Site 15 mars 2006 22:53:14
le droit de grêve, c'est pour ceux qui travaillent, non? Un étudiant ce n'est pas un salarié (à de rares exceptions près) donc à priori le droit de grêve ne s'applique pas.
tira 18 mars 2006 13:30:58
le droit de grêve, c'est pour ceux qui travaillent, non? Un étudiant ce n'est pas un salarié (à de rares exceptions près) donc à priori le droit de grêve ne s'applique pas. Des facs bloquées, assiégées, on casse des vitrines, on brule des voitures...Mais ou donc va la France !!!!! Pour remettre ces gamins dans le droit chemin, et leur apprendre ce qu'est une autorité, il faut envoyer l'armée, avec non pas des fusils, mais des martinets, et donner de bonnes corrections en public à ces morveux, juste pour leur apprendre le respect et l'obéissance.... De plus, il faut infliger aux parents de ces "caids", de lourdes amendes, histoire de payer les dégradations commises par leur progéniture...
Got Site 18 mars 2006 15:21:42
Ouah !! Alors, là ça me la coupe comme on dit. Comment peut-on écrire de absurdités aussi énormes ?? Je pense que la personne la plus à plaindre, c'est vous Tira et non les jeunes ou la France. Je ne pensais pas que certains pouvaient encore avoir des pensées aussi rétrogrades et des oeillières aussi grosses devant les yeux. Chère Tira, je ne sais qui vous êtes, mais je ne vous souhaite jamais d'avoir des enfants, petits-enfants ou autres dans la merde, car alors vous vous rappelerez de ces jeunes (ces petits cons si je résume votre pensée) qui auront défendu l'avenir de vos proches comme ils ont pu.
zid Site 18 mars 2006 15:40:39
Pour suivre le commentaire de Got, en réaction à celui relativement... extrémiste de Tira: Les actions des étudiants sont à prendre en considération, même si on n'est pas d'accord avec eux nécessairement. Les tremblements que connait la France à l'heure actuelle, secousses telluriques comme en écho au chaos de l'automne dernier, sont des signes à ne pas prendre à la légère. Le blocage des facs est de plus en plus suivi par une majorité d'étudiants -que je suppose bien informés, même la manipulation des masses est une réalité historique- et, à ce titre, on attend des réponses politiques pour calmer des angoisses. Les destructions, maintenant: il faut rester critique... ce n'est pas Got qui me contredira, lui aussi "y était" d'une certaine manière, comme j'y ai assisté de près, avec d'autres amis universitaires. Probablement y eut-il des étudiants associés ici ou là, mais très clairement, ce sont des bandes de casseurs indépendants des milieux étudiants qui ont orchestré le plus dur: casseurs issus des milieux extrémistes. Pour qui les a vus de ses yeux, comme moi, arrêtés par les CRS, ils ne ressemblent pas à mes étudiants de Master, je vous l'assure. Là aussi, la manipulation des masses par les médias est une réalité, avec toujours la grande question, déjà lancée par Got sur son blog: "à qui profite le crime ?".
qwertz 18 mars 2006 16:21:38
Juste une remarque : que propose l'opposition par rapport à l'emploi des jeunes ? Pas grand'chose d'autres que le CPE : Hollande veut un système qui transformerait les "emplois-jeunes" en CDI, au bout de 3 à 5 ans (!), Fabius veut inciter les entreprises à recruter en CDI des jeunes embauchés en CDD grâce à des réductions de charges sociales... (cf le monde de mercredi ou jeudi). Paradoxalement ce sont les propositions de l'UDF (en tout cas celles de Morin, mais elles ne sont pas très précises) les plus "progressistes" : un CDI à droits progressifs. Si en 2007 la gauche est élue sur un programme d'abrogation des lois de la droite, qui manifestera quand elle réintroduira sous un autre nom le CPE ? L'UNEF ?

Catégories

Archives

A propos