Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

Il faut sauver les skyblogs

Quatre millions de Skyblogs, ces blogs « très grand public », en grande majorité publiés et squattés par les ados et les djeunz. Il y a plusieurs blogosphères (un de mes vieux leitmotiv), au moins deux, et celles-ci ne communiquent pas. Deux mondes à part, l’un est celui des intellectuels de tout poil ou auto-considérés comme tels, qui ont trouvé dans le blog un moyen de faire passer leurs « messages », de transmettre leur vision du monde et, pour les plus ambitieux, leurs propositions pour le transformer. L’autre est celui de ces « jeunes », des skyblogs et des autres plateformes où les weblogs sont le moyen de se dire, de se présenter et de présenter ses amis, d’exprimer des goûts musicaux ou filmographiques, des états d’âme, des expériences de vie toute simple, des désirs désordonnés... avec le but de créer des communautés autour des « comm’s », évidemment. Eminemment narcissiques (comme tous les blogs, mais ici c’est encore plus fort), ces skyblogs disent les canons esthétiques, amoureux, culturels… –sociaux– tels qu’ils sont perçus par toute une strate de la société, une strate essentielle. Pour l’historien (et le sociologue déjà), ces skyblogs sont ou seront des mines d’histoire sociale. Bien davantage que les blogs « intellectuels » qui naviguent d’ailleurs dans un milieu très endogamique, une bulle un peu dorée.

Je comparerais la situation à celle des sources qui nous viennent du Moyen Âge. Nous n’avons gardé comme sources qui parlent de la vie de tous les jours, à cette époque, pratiquement, que les textes émanés d’intellectuels : chroniques, biographies, romans… produits par les quelques privilégiés qui avaient accès à l’écrit et ont su l’utiliser. La vie au quotidien de la très grande majorité de la société nous échappe complètement, elle n’a presque jamais fait l’objet de mise par écrit. Pas ou pratiquement pas de petits récits de soi ou sur soi, pas de journaux intimes, pas de textes produits par le commun des mortels, loin de l’écrit et de ses instruments (papier ou parchemin hors de prix…). L’historien est obligé de reconstituer la vie au quotidien et les aspirations, les désirs, les angoisses, les joies de la société au travers des sources des intellectuels, des traces archéologiques ou des contrats conclus alors…

Les skyblogs constituent donc un formidable réservoir d’histoire, très complexe à étudier probablement, mais d’une épaisseur heuristique considérable. Si on veut écrire, dans dix, vingt ou cent ans, l’histoire d’une partie essentielle de la population d’Europe occidentale dans la première décennie du XXIe siècle, ce sera une source majeure –bien davantage que les autres blogs d’ « intellectuels ». A condition que les skyblogs survivent ou soient archivés. Si ce n’est pas le cas, ce seront quatre millions –au moins– de sources qui disparaîtront et tout un pan de l’histoire de la jeunesse qui sera bien plus complexe à écrire. Il faut sauver les skyblogs.

Commentaires

NiKolaZ 7 mars 2006 20:06:07
Kikou Looool ! Il est tro bien ton blog, j'adore, tro MDRRRRRRRR ! Fo kon svoit 12c4. Sinon met les conservateur sur le coup pour les historiens et skyblog, pq comment jy croa pas que sai pas pèraine l'informatique lol. Hièr j'ai mon disque qu'à cracher, alors ke mes oui-oui de quand j'été peti sont tjrs là ! Loooool.
Nicolas 7 mars 2006 21:02:07

Malgré tout ce que plein de gens très sérieux peuvent penser de la conservation numérique, j'avoue que je reste dubitatif. D'une part, parce que combien de temps va-t'on bien vouloir investir dans ce genre de conservation ? Les conservateurs ne sont pas pérennes, et l'argent public non plus, surtout en ce moment.

Imaginons maintenant que, alleluia, tout soit conservé intact et qu'on l'étudie dans quelques années. On remarqueras sans doute qu'une grande partie de la jeunesse aime les juke-box mp3, les téléphones portables qui communiquent avec leur ordinateur et qu'ils communiquent avec une écriture phonétique.

Cela peut être très drôle d'imaginer ce que nos chers scientifiques du futur, qui seront facilement aussi bête que les nôtres iront trouver comme nouvelle idée saugrenue.

Ce qui serait intéressant en terme d'efficacité ce serait d'envoyer des conservateurs dans le futur, pour s'assurer que l'on aurait besoin où pas de telle ou telle chose pour mieux cibler ce dont on peut se débarasser.

Je sais, je sais, je suis un pessimiste et si on m'écoutait on ne ferait plus grand chose, sauf à s'intéresser à des choses vraiment passionantes comme TeX/LaTeX ou la musique bizarre.

E112 8 mars 2006 09:21:33
Chers blogueurs, je vous écris du futur. Je porte un scaphandre en aluminium et un aspirateur de sites sur le dos. Quelque part dans une tour de verre, je peux vous assurer que des conservateurs alliés des robots ont déjà archivé un bon million de skyblogs. Ils ne sont pas encore consultables par le public mais on ne les a pas oubliés car on pense comme vous (que c'est important).
mimolette 25 mai 2006 02:27:47
Pas que les blogs... les forums offrent une considérable source d'étude de l'âme humaine contemporaine... sorte de bistrots d'aujourd'hui...
icossi-tria 31 août 2006 09:55:51
Je réagis un peu tard, mais je n'ai découvert Médiévizmes que récemment. Dans le numéro du Débat de mars-avril, il y avait une interview de Pierre Bellanger, le patron de Skyrock, qui expliquait justement que Skyblog archivait tout, sur supports optiques, et donnait déjà à des chercheurs accès à cet ensemble. L'intéressant de tout ça est que c'est une initiative de l'entreprise elle-même, qui fait ça sans y avoir été incitée ou obligée par une quelconque institution patrimoniale publique

Catégories

Archives

A propos