Apologie pour l'histoire continue ou les carnets d'un médiéviste

Photo aléatoire choisie par Zid

Iconoclasme ou aniconisme ?

L’affaire des caricatures de Mahomet : iconoclasme ou aniconisme ? Peut-on représenter la divinité ? Le monde chrétien a connu une semblable situation, à Byzance d’abord, aux VIIIe et IXe s., quand l’empereur se piqua d’interdire l’adoration des images saintes et ordonna qu’on les détruisît… Une affaire aux relents autant politiques que religieux. Un peu plus tard, le protestantisme fut secoué, au XVIe s., par les mêmes crises iconoclastes et, aussi bien en France qu’aux Pays-Bas ou en Belgique actuelle, on détruisit les images du Christ, de Dieu, des saints, avec une belle frénésie et une rare efficacité. La révolution française y alla aussi de sa petite crise iconoclaste, comme j’ai encore pu le constater à Auxerre mais surtout à Vézelay lors de mon trip scientifique de la semaine passée ! Mais, plus qu’un refus de l’adoration de l’image sainte, c’était davantage une manière de détruire symboliquement le clergé…

L’iconoclasme interdit l’adoration des images représentant la divinité : on nous dira donc que cela n’a rien à voir avec l’affaire des représentations de Mahomet qui sont purement et simplement interdites ! Pas question d’adoration, c’est la représentation elle-même qui est mauvaise et bannie. C’est ce qu’on appelle l’aniconisme. Mais, selon moi, c’est un peu spécieux : l’iconoclasme refusait l’adoration des images mais les a quand même et dès le départ détruites !  En définitive, sur le terrain, aniconisme ou iconoclasme, c’est la même chose, du moins en ce qui concerne les conséquences.

Par zid dans Continuités et ruptures d'Histoire 3 février 2006 19:46:31
(1) commentaire Ajouter un commentaire

Commentaires

Nicolas 5 février 2006 17:27:32

Les Grecs et les Romains se sont heurtés au concepts étranges du monothésime et de l'interdiction de représenter le divin et le vivant en Judée. ça la fout mal pour des peuples habitués au synchrétisme et à la représentation de leurs divinités (dont on leur dit qu'elles n'existent pas, parce que seul Dieu existe).
En reconstruisant le temple, Hérode s'est heurté à des rumeurs folles. On l'a accusé d'avoir fait des représentations sur les faces cachés des blocs de pierre. Il a fallu en démonter pour prouver que c'était faux. L'incompréhension du monde greco-romain et du monothéisme Judéen a entraîné son lot d'épisode sanglant et douleureux (la révolte des Macchabés, les guerres des juifs...).

Ce qu'il y a de formidable je trouve, c'est que je n'ai même pas envie d'accuser l'hystérie religieuse, ni de détruire ces religions. Je ne doute pas que l'homme à de nombreuses autres raisons pour agiter les bras, crier au scandale et légitimer ainsi des actions de violence.

Catégories

Archives

A propos